Saint-Etienne : le doyen des Français s'est éteint à l'âge de 110 ans

le
0
Saint-Etienne : le doyen des Français s'est éteint à l'âge de 110 ans
Saint-Etienne : le doyen des Français s'est éteint à l'âge de 110 ans

Le doyen des Français, Philippe Vocanson, s'est éteint ce week-end à l'âge de 110 ans à la maison de retraite de Saint-Etienne (Loire) où il séjournait depuis de nombreuses années. «C'est avec émotion que je viens d'apprendre le décès du doyen français, Philippe Vocanson, qui demeurait à la résidence municipale Buisson, à Saint-Etienne», a déclaré lundi soir dans un communiqué le maire UMP de la ville, Gaël Perdriau, qui lui avait remis la médaille de la ville en juin dernier.

Il quitte l'agriculture à cause de... sa «santé fragile» !

Philippe Vocanson avait débuté une première activité professionnelle d'agriculteur dans l'Yssingelais, à Saint-Jeures (Haute-Loire), au sein de la ferme familiale où il vivait avec ses sept frères et s½urs. Il expliquait aux occupants de la Résidence Buisson, ainsi qu'à ses visiteurs, que ses parents lui avaient déconseillé de rester dans le milieu agricole du fait de sa santé fragile. L'apprentissage du métier de cordonnier l'avait conduit jeune à Lyon, avant qu'il ne s'installe à son compte à Saint-Etienne, jusqu'à la retraite.

Le caporal Vocanson, qui s'était engagé dans l'armée à 35 ans pendant la Seconde guerre mondiale, a été fait prisonnier par les Allemands dans le Nord de la France. L'homme, qui avait fêté son 110ème anniversaire le 20 octobre dernier, se séparait rarement de son couvre-chef, de feutre en hiver et de paille l'été.  En 1985, au décès de son épouse, avec qui il a eu deux enfants, qui lui ont donné six petits-enfants et quatre arrière-petits-enfants, l'ancien cordonnier a élu domicile dans une des maisons de retraite de Saint-Etienne.

Il ne fumait pas et buvait peu

Affirmant n'avoir jamais fumé et boire peu d'alcool, cet Auvergnat amateur de fromage, confessait une petite faiblesse pour le chocolat.

Avant lui, Louis de Cazenave, un autre natif d'un village de la Haute-Loire, Saint-Georges d'Aurac, qui fut l'avant-dernier Poilu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant