Saint-Etienne-du-Rouvray : un rite très codifié pour « laver » l'église profanée

le , mis à jour à 08:15
1
Saint-Etienne-du-Rouvray : un rite très codifié pour « laver » l'église profanée
Saint-Etienne-du-Rouvray : un rite très codifié pour « laver » l'église profanée

La messe de réouverture en l'église Saint-Etienne va être marquée par l'accomplissement d'un « rite pénitentiel de réparation » afin de rendre au culte l'édifice profané et ensanglanté par la haine de deux djihadistes. De l'eau bénite va être projetée à l'aide d'un goupillon sur les fidèles, les murs et l'autel afin de les purifier. La croix de procession arrachée puis jetée à terre par les terroristes va de nouveau être scellée. Le cierge pascal (allumé le jour de la fête de la résurrection de Jésus à Pâques), que les bourreaux avaient renversé, va être béni par l'archevêque puis encensé. La table de l'autel en bois de chêne, abîmée par plusieurs dizaines de coups de couteau et qui était depuis « dépouillée », sera « habillée ». Des servants de messe et un diacre la recouvriront d'une nappe et de chandeliers. Enfin, un fidèle issu de la communauté portugaise remettra entre les mains de la statue d'une Vierge de Fatima le chapelet arraché par les assaillants.

C'est ainsi que cette « maison de Dieu » souillée le 26 juillet va être « lavée ». L'archevêque, les diacres et les prêtres présents seront vêtus d'habits liturgiques violets, couleur symbolisant le deuil et la pénitence. « Il s'agit d'un rite pénitentiel car on reconnaît la faute de ceux qui ont commis l'assassinat et on demande pardon à Dieu qui a été offensé à travers ce crime », décrypte le père Bruno Mary, en charge du service de la pastorale à la Conférence des évêques de France (CEF).

Espérance

« C'est à la fois un moment grave et un moment d'espérance. L'Eglise, à la suite du Christ, ne désespère jamais de l'homme. On reconnaît la peine et la souffrance et on la confie à Dieu pour qu'il nous conduise vers le chemin de la paix  », poursuit-il.

Le code de droit canonique prévoit cet acte de foi lorsqu'une « action gravement injurieuse » s'est déroulée dans un lieu sacré et que les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 2 mois

    Notre civilisation a encore quelques beaux restes. Pourvu qu'ils ne se trouvent pas bientôt uniquement enfermés dans des musées !