Saint-Étienne-du-Rouvray : la longue identification d'Abdel Malik Petitjean

le
0
L'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, attaquée dans la matinée du mardi 26 juillet par deux djihadistes.
L'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, attaquée dans la matinée du mardi 26 juillet par deux djihadistes.

C'est une sorte de puzzle auquel les enquêteurs ont été confrontés. Un puzzle à trois pièces : le corps du complice d'Adel Kermiche, un nom et une pièce d'identité. Mardi, aux alentours de 11 heures, les policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Rouen font feu sur les deux assaillants qui sortent de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray aux cris de « Allah Ahkbar ». Le second terroriste est défiguré par les balles tirées lors de l'assaut des forces de l'ordre, ce qui rend impossible toute reconnaissance faciale.

Pourtant, très rapidement après l'attaque, les enquêteurs soupçonnent un certain Abdel Malik Petitjean, originaire d'Aix-les-Bains et né en 1996 à Saint-Dié-des-Vosges. En perquisitionnant le domicile familial d'Adel Kermiche, ils retrouvent une carte d'identité à son nom. L'analyse du téléphone portable de Kermiche montre aussi que les deux hommes ont régulièrement échangé peu de temps avant l'attentat. Si les services de renseignements ont émis une fiche « S » pour « sûreté de l'État » à l'encontre de Petitjean fin juin dernier, il n'a jamais été condamné par la justice, qui ne dispose donc ni de ses empreintes ni de son ADN. La tâche s'annonce difficile.

Comparaison du profil génétique

C'est cette maigre piste qui va être creusée. Mercredi, les services auront une deuxième confirmation grâce à la vidéo publiée par Daech dans laquelle parlent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant