Saint-Étienne-du-Rouvray : la fulgurante radicalisation de l'un des assaillants

le
0
Candidat au djihad, le jeune AK avait tenté à deux reprises de rejoindre les rangs de Daech en Syrie.
Candidat au djihad, le jeune AK avait tenté à deux reprises de rejoindre les rangs de Daech en Syrie.

La première fois qu'il a pris la fuite, il n'avait pas encore 18 ans. AK, l'un des deux assaillants de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, avait quitté famille et amis le 23 mars dans le nord de la France dans l'espoir de rallier l'État islamique. Il avait pris l'avion le 12 mai dernier direction la Syrie. Intercepté en Turquie le lendemain, il sera arrêté le 14 à son retour à l'aéroport international suisse de Cointrin. Quelques jours plus tard,

La Tribune de Genève

racontait son histoire à travers le témoignage de sa mère.

Cette professeure décrivait alors son fils comme un enfant joyeux et gentil qui avait commencé à fréquenter la mosquée avec assiduité après la tuerie de Charlie. Lui qui « aim[ait] la musique » et « sortir avec des copines » se met soudain à lui faire la leçon. En moins de trois mois, la mère assiste, passive, à la radicalisation fulgurante de son garçon. « Il disait qu'on ne pouvait pas exercer sa religion tranquillement en France. Il parlait avec des mots qui ne lui appartenaient pas. Il a été ensorcelé, comme dans une secte », confiait-elle anéantie au quotidien francophone.

Candidat au djihad

L'entourage d'AK tombera des nues en navigant sur les nombreux comptes Facebook de l'adolescent, truffés de conversations aux propos radicaux échangés avec des internautes du monde entier. L'intéressé...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant