Saint-Etienne à coups de pied arrêtés

le
0
Saint-Etienne à coups de pied arrêtés
Saint-Etienne à coups de pied arrêtés

AS Saint-Étienne 0–0 FC Bâle

Buts : Bayal Sall (9e), Monnet-Paquet (39e) et Bahebeck (77e) pour les Verts // Samuel (44e) et Janko (56e sp) pour les Suisses

Dans une rencontre incertaine et décousue, les deux équipes, comme souvent, se rendent coups sur coups de pieds arrêtés. Puis Bahebeck est rentré. Et sa jeunesse a triomphé de Walter Samuel.
Le football est cruel, parfois. Une action peut suffire à rappeler une réalité implacable, violente. A faire peser tout le poids des années sur les épaules d'un seul homme. Walter Samuel. Du haut de ses 38 printemps, l'Argentin à tout connu. Dans sa carrière mais aussi dans ce 16e de finale. Tantôt malmené ou bien placé, à la fois lent et hargneux, l'ancien intériste a fini par craquer, déposé par un gamin même pas encore éclot, pour le seul but dans le jeu du match. Reste que, malgré les trois pions encaissés, avec deux marqués dont un par le doyen, Bâle a réussi un bon coup dans le Chaudron. Les Verts vont devoir batailler pour se qualifier au Parc Saint-Jacques.

Corner 1 – coup-francs 2


Dès le coup d'envoi, les Suisses annoncent la couleur : de l'envie et de l'impact sur le rectangle vert. Saint-Etienne a du répondant, cela donne une entame alerte entre deux équipes capables de bien sortir le ballon pour remonter rapidement le terrain. Sans toutefois parvenir à se montrer dangereuses, alors elles tâtent leur chance sur coups de pieds arrêtés. Le premier coup-franc est Suisse et pour la tête de Janko qui termine dans les bras de Ruffier. Le second est pris par Tannane à droite, dévié par la défense visiteuse, déposé juste derrière la ligne de but par Bayal Sall, avec l'aide du rebond et du poteau. Le match des CPA est lancé.

Trois minutes plus tard, Ruffier dégage son camp d'une sortie en trois temps sur un corner de Zuffi. Puis, alors que les Suisses dominent le ballon, que leurs latéraux montent et que les Verts reculent, Kevin Monnet-Paquet surgit. Sur corner, évidemment. Tiré par Cohade, KMP place une tête décroisée et dos au but toute en finesse pour ce qui ressemble au break. Sauf qu'en football, corners et coup-francs sont légion. Celui de Zuffi est remisé très intelligemment de la poitrine sur Walter Samuel. Le…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant