Saint-Etienne, 0-0 , comme d'habitude

le
0

Pour son troisième match en poule de Ligue Europa, Saint-Etienne prend un troisième 0-0. Mais un nul à l'extérieur, chez l'Inter Milan, a un peu plus de saveur.La scène se passe quelques minutes après le début de la seconde période. Les deux coachs envoient leurs remplaçants s'échauffer. Les deux joueurs qui ont le plus de chances de rentrer, des milieux offensifs, partent en premier. D'un côté, Hernanes, aka « Le Prophète », de l'autre... Renaud Cohade. Bon. Sauf qu'au final, Sainté n'a pas fait de complexe dans l'antre du vainqueur de la Ligue des champions 2010, ramenant un 0-0. L'honnêteté pousse à dire que l'Inter n'est plus un grand d'Europe, et qu'en plus, ils ont d'autres chats à fouetter que l'Europa League avec le retrait définitif dans la journée de Massimo Morratti, dans l'organigramme depuis plus de 20 ans. Les Stéphanois ont fait un vrai match de coupe d'Europe à la française, avec du courage et de la frustration, puisque deux penalties auraient pu leur être sifflés.
Les Verts montrent les muscles
Avec deux victoires pour les deux premiers matchs de poule, l'Inter aurait pu décider de faire tourner. Mais Mazzari, en quête de certitudes, ne change pas un iota son schéma, prêt à emporter son 3-3-3-1 dans sa tombe. Attention pourtant, on n'est loin de la formule magique de Bielsa : devant M'Vila en sentinelle et derrière Icardi en pointe se trouve Kuzmanovic, Kovacic et Guarin. Pour contrer tout ça, Christophe Galtier met du muscle. Un 5-3-2 avec Pogba et Sall pour encadrer Perrin derrière, Diomandé, Lemoine et Clément au milieu. Bien aidé par la grève des supporters intéristes, les nombreux fans stéphanois qui ont fait le déplacement donne de la voix pour que les Verts se sentent à l'aise. Mais alors que ça commence à prendre, Guarin réveille San Siro avec une série de dribbles à l'entrée de la surface. Mais il se fait calmer direct par un Ruffier interventionniste. Ses coéquipiers lui emboîtent le pas, n'hésitant à mettre la semelle au besoin. Pour remplir la case action offensive, un coup franc de 30 mètres fort sur le goal de Tabanou juste avant la pause fera l'affaire.
Des contres et des regrets
Au retour des vestiaires, Hamouma se fait bouger dans la surface et dans le dos par le jeune M'Baye. Le staff des Verts hurle, mais ce n'est rien à côté de la volée de Tabanou dans la surface qui claque une nouvelle lourde sur Carrizo à la 70e. Parce que le ballon avait été dévié de la main par Dodo. En même temps, il ne fallait peut-être pas trop en demander pour une équipe qui a...



La scène se passe quelques minutes après le début de la seconde période. Les deux coachs envoient leurs remplaçants s'échauffer. Les deux joueurs qui ont le plus de chances de rentrer, des milieux offensifs, partent en premier. D'un côté, Hernanes, aka « Le Prophète », de l'autre... Renaud Cohade. Bon. Sauf qu'au final, Sainté n'a pas fait de complexe dans l'antre du vainqueur de la Ligue des champions 2010, ramenant un 0-0. L'honnêteté pousse à dire que l'Inter n'est plus un grand d'Europe, et qu'en plus, ils ont d'autres chats à fouetter que l'Europa League avec le retrait définitif dans la journée de Massimo Morratti, dans l'organigramme depuis plus de 20 ans. Les Stéphanois ont fait un vrai match de coupe d'Europe à la française, avec du courage et de la frustration, puisque deux penalties auraient pu leur être sifflés.
Les Verts montrent les muscles
Avec deux victoires pour les deux premiers matchs de poule, l'Inter aurait pu décider de faire tourner. Mais Mazzari, en quête de certitudes, ne change pas un iota son schéma, prêt à emporter son 3-3-3-1 dans sa tombe. Attention pourtant, on n'est loin de la formule magique de Bielsa : devant M'Vila en sentinelle et derrière Icardi en pointe se trouve Kuzmanovic, Kovacic et Guarin. Pour contrer tout ça, Christophe Galtier met du muscle. Un 5-3-2 avec Pogba et Sall pour encadrer Perrin derrière, Diomandé, Lemoine et Clément au milieu. Bien aidé par la grève des supporters intéristes, les nombreux fans stéphanois qui ont fait le déplacement donne de la voix pour que les Verts se sentent à l'aise. Mais alors que ça commence à prendre, Guarin réveille San Siro avec une série de dribbles à l'entrée de la surface. Mais il se fait calmer direct par un Ruffier interventionniste. Ses coéquipiers lui emboîtent le pas, n'hésitant à mettre la semelle au besoin. Pour remplir la case action offensive, un coup franc de 30 mètres fort sur le goal de Tabanou juste avant la pause fera l'affaire.
Des contres et des regrets
Au retour des vestiaires, Hamouma se fait bouger dans la surface et dans le dos par le jeune M'Baye. Le staff des Verts hurle, mais ce n'est rien à côté de la volée de Tabanou dans la surface qui claque une nouvelle lourde sur Carrizo à la 70e. Parce que le ballon avait été dévié de la main par Dodo. En même temps, il ne fallait peut-être pas trop en demander pour une équipe qui a...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant