Saint-André : " Les joueurs repoussent leurs limites "

le
0
Saint-André : " Les joueurs repoussent leurs limites "
Saint-André : " Les joueurs repoussent leurs limites "

Philippe Saint-André s'est présenté devant la presse ce jeudi au lendemain de l'arrivée de son groupe à Tignes pour entamer la nouvelle phase de préparation axée sur les détails et toujours placée sous le signe d'une énorme intensité. Mais les joueurs ne rechignent pas à la tâche.

Philippe Saint-André, sur quels axes basez-vous la préparation de votre groupe lors de ce stage à Tignes ?
On est sur des petits groupes de 12 joueurs. On travaille la précision, les relances de jeu. C’est vraiment pour aller sur les petits détails. Après, durant ce stage, on aura quand même des confrontations à 15 contre 15 où l’on va mettre des boucliers pour pouvoir faire, avec plus d’intensité et de vitesse, tout ce travail que l’on aura effectué sur la précision.

Quels sont les effets attendus de travail spécifique ?
En ayant les joueurs plus longtemps, bien mieux préparés pour le très haut niveau, on va se relever plus rapidement, mieux se déplacer. On va pouvoir faire des choses avec plus de précision. Actuellement on travaille cette précision, les relances de jeu, les ballons lents… Mais ce qui est surtout important c’est que les joueurs les valident et trouvent les bonnes sensations.

Vous semblez parfois reprendre les bases du rugby, non ?
Il faut retravailler les gammes. La qualité de passe, de présentation du ballon, la qualité du nettoyage etc. On retravaille parce que si on veut que le jeu soit rapide, qu’il gicle vite sur les extérieurs, il te faut cette qualité de passe. Donc oui, on retravaille ce que tout joueur de rugby doit travailler durant toute sa carrière et pas seulement à l’école du rugby.

La très grande intensité imposée aux joueurs se justifie-t-elle au regard du risque de blessures qui planent sur eux ?
Les autres nations travaillent énormément. On est obligé de bosser. Les joueurs le disent, certains n’ont pas eu d’intersaison depuis 3-4 ans. Donc automatiquement, cette pré-saison est difficile. On a aussi fait le choix de prendre 36 joueurs parce qu’on est toujours à la limite de la blessure sur pas mal de joueurs. Mais après les deux tests amicaux contre l’Angleterre, on rentrera sur un réinvestissement physique et un affûtage sur le plan rugbystique pour arriver en pleine forme pour le premier match face à l’Italie.

Ne craignez-vous pas que la concurrence pour faire partie du groupe pour la Coupe du monde plombe l’ambiance ?
Les joueurs s’encouragent, ils travaillent. Tous les jours, ils repoussent leurs limites avec un état d’esprit irréprochable. Pour l’instant, on ne pense pas à une liste de 31. On pense surtout au « Club France ». Les joueurs vivent très bien, il y a du plaisir, beaucoup de travail et de l’entraide. Je ne vais pas cacher que quand vous avez les trois ouvreurs ou les trois talonneurs ensemble, ils se tirent la bourre. Ce sont des compétiteurs. Mais ils le font avec un super état d’esprit. Et c’est ce que je leur ai demandé.

Allez-vous suivre de près les performances de vos adversaires ?
Tous les matchs vont être enregistrés. Ceux qu’on pourra voir en direct, on les regardera. Les matchs amicaux de nos adversaires en poule seront bien entendu enregistrés. Mais actuellement on se concentre sur nos joueurs, sur le contenu des entraînements et la progression du groupe.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant