Saïd Ennjimi : " Je n'ai plus envie de me taire "

le
0
Saïd Ennjimi : " Je n'ai plus envie de me taire "
Saïd Ennjimi : " Je n'ai plus envie de me taire "

Alertée par un rapport de la Direction technique de l'arbitrage (DTA), la commission fédérale de l'arbitrage a entendu, mercredi, Saïd Ennjimi, pour la fameuse "affaire des maillots" survenue lors du match OM/Lorient. Une histoire qui a grandement sali la réputation de l'arbitre international qui, aujourd'hui, ne veut "plus se taire" alors qu'il risque jusqu'à trois mois de suspension.

A trois ans de la " retraite ", l'arbitre ne supporte plus le fonctionnement de l'arbitrage français, qui marche beaucoup " sur la peur ". Après son passage devant la commission fédérale des arbitres (CFA), Saïd Ennjimi devra encore attendre une réunion de la CFA pour connaître la durée exacte de sa suspension (elle peut être de 3 mois), pour le moment toujours active. Ses deux assistants, ainsi que le quatrième arbitre, eux, ont été "blanchis" et donc leur suspension levée. Ennjimi, lui, s'interroge vraiment sur la suite de sa carrière d'arbitre. "Je me vois mal repartir comme ça l'an prochain avec les mêmes dirigeants à la tête de l'arbitrage français".


Que vous reproche-t-on, au juste ? Sur un rapport de Claude Tellène, superviseur du match OM-Lorient, il m'est reproché " un comportement irrespectueux et incompatible avec la fonction d'arbitre ", vis-à-vis des dirigeants locaux ainsi que " des manquements à la déontologie et au devoir de réserve ", sans en préciser la nature ni détailler les faits. Suite à ce rapport, Pascal Garibian, le directeur technique de l'arbitrage, a écrit au président de la Commission Fédérale des Arbitres, Eric Borghni, et je suis suspendu à titre conservatoire, depuis le 7 mai alors que je n'ai jamais pu me défendre.
Vous contestez cette version ? Oui.
Quelle est la vôtre, alors ? Lors de ce match, j'avais demandé au délégué marseillais peu de temps avant la rencontre, Claude Medam, de récupérer un jeu de six maillots dédicacés afin de les offrir à des œuvres caritatives du Limousin. Ces six maillots, je m'engageais à les payer. A la fin du match, monsieur Medam nous retrouve dans le vestiaire en me ramenant le sac de maillots. Je lui pose la question de savoir s'il a pu les faire dédicacer, compte tenu de la défaite de Marseille et il me répond "Tu ne crois quand même pas qu'ils vont signer, ils n'ont pas la tête à ça" et me jette le sac de maillots sur mon sac d'une manière assez dédaigneuse et très en colère, certainement en raison de la défaite de son équipe. Voyant cette attitude, je prends le sac de maillot et lui indique que s'il le prend sur ce ton, il est préférable qu'il reprenne les maillots ainsi que la facture. Le kiné de l'OM frappe à…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant