Sahel : Washington met à prix la tête de chefs terroristes

le
0
Sahel : Washington met à prix la tête de chefs terroristes
Sahel : Washington met à prix la tête de chefs terroristes

Le secrétariat d'Etat américain (l'équivalent du ministère des Affaires étrangères aux Etats-Unis) a annoncé lundi une série de récompenses pesant 23 millions de dollars (17,6 millions d'euros) pour toute personne lui transmettant des informations sur cinq chefs terroristes basés au Sahel. Les mêmes contre lesquels se bat l'armée française au Mali depuis janvier et dont les acronymes sont devenus familiers : Aqmi pour d'Al-Qaida au Maghreb islamique, Boko Haram (une secte islamiste nigériane), le Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest), et la plus obscure Brigade masquée (ou «Les Signataires par le sang»), fondée fin 2012 par un ancien d'Aqmi, Mokhtar Belmokhtar.

Leurs noms résonnent dans l'actualité au gré des attentats et des enlèvements perpétrés en Afrique de l'Ouest. Les Etats-Unis, qui ont soutenu les soldats français pendant l'opération Serval en leur envoyant notamment des avions de transport et en leur fournissant des renseignements, voient en ces groupes, et plus particulièrement en Aqmi, «une grande source d'inquiétudes». «Tout ce que nous pouvons faire pour réduire les capacités d'Aqmi, pour obtenir des informations sur ces individus et les traduire en justice, c'est notre objectif», a expliqué un diplomate ce mardi pour justifier cette mise à prix.

Boko Haram vaut plus cher que les autres

C'est le leader du groupe islamiste nigérian Boko Haram, Abubakar Shekau, qui vaut le plus cher : jusqu'à 7 millions de dollars (5,3 millions d'euros) pour chaque informateur. Son groupe a notamment revendiqué l'enlèvement de sept Français au Cameroun en mars dernier, la famille Moulin-Fournier, finalement libérée un mois plus tard.

PHOTO. Abubakar Shekau

Pour ce qui est de Yahya Abu el Hammam, qui dirige les opérations militaires d'Aqmi de l'Algérie au Mali, le bureau de John Kerry propose jusqu'à 5 millions de dollars (3,8 millions d'euros) pour chaque informateur. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant