Sahel : «L'extrême porosité des frontières demeure le problème»

le
0
INTERVIEW - Jean-Paul Laborde est secrétaire général adjoint des Nations unies, à la direction exécutive contre le terrorisme. Il répond au Figaro à la veille de l'élection présidentielle malienne.

New York,

LE FIGARO. - Où en est la menace islamiste au Sahel?

Jean-Paul LABORDE. - Les mouvements terroristes qui opéraient depuis le nord du Mali ont été militairement défaits par l'intervention franco-tchadienne en début d'année et sérieusement affaiblis, au point de ne plus constituer des groupes structurés. La menace, qui était très grave, est donc enrayée dans l'immédiat, même si le risque zéro n'existe pas.

Comment cette menace peut resurgir?

Si les organisations de type insurrectionnel ont été mises en déroute, des individus isolés ont pu disparaître, se fondre dans la population. Certains pourraient commettre des actes terror...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant