Sahara occidental : le roi du Maroc ne veut pas «recevoir de leçons» de Bouteflika

le
0
Sahara occidental : le roi du Maroc ne veut pas «recevoir de leçons» de Bouteflika
Sahara occidental : le roi du Maroc ne veut pas «recevoir de leçons» de Bouteflika

Le torchon brûle entre Alger et Rabat. Depuis plusieurs jours, la tension est montée d'un cran entre les deux voisins sur la question du Sahara occidental. Mercredi soir, le roi du Maroc, Mohammed VI, a répliqué violemment aux récents propos du président algérien Abdelaziz Bouteflika. Il a notamment déclaré que Rabat n'avait pas à «recevoir de leçons», surtout de ceux qui «bafouent systématiquement les droits de l'Homme». Cette ex-colonie espagnole est contrôlée depuis les années 1970 par Rabat mais est revendiquée par les indépendantistes du Front Polisario, avec le soutien de l'Algérie.

Les deux pays voisins ont récemment connu une mini-crise diplomatique à ce sujet. Après la déclaration de Bouteflika, toujours convalescent, jugeant «plus que jamais d'actualité» la mise en place d'un mécanisme international de surveillance des droits de l'Homme au Sahara, Rabat a aussitôt réagi en rappelant pour consultations son ambassadeur à Alger. Vendredi dernier, des manifestants ont crié leur colère devant le consulat d'Algérie à Casablanca. L'un d'eux a escaladé le mur avant de se hisser sur le toit et d'arracher le drapeau algérien. Ce qui a mis le feu aux poudres, Alger demandant immédiatement des excuses. Et la toile s'est également enflammée, tout comme les médias des deux pays.

Mercredi, loin d'apaiser la situation, Rabat s'en est encore pris aux autorités algériennes. S'exprimant à l'occasion de la commémoration de la «Marche verte» sur ce territoire, en 1975, Mohammed VI a fait valoir que le Maroc «refus(ait) de recevoir des leçons» de son voisin sans jamais le citer.

Prochaine visite de John Kerry à Alger puis à Rabat

«Quiconque souhaite surenchérir sur le Maroc n'a qu'à descendre à Tindouf, et observer dans nombre de régions alentour, les atteintes portées aux droits humains les plus élémentaires», a affirmé Mohamed VI, en référence, notamment, aux camps de réfugiés sahraouis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant