Saft réduit ses ambitions et lance un rachat d'actions

le
0

PARIS (Reuters) - Saft a annoncé lundi réduire de moitié sa prévision de croissance à moyen terme, prévoyant en outre un point de marge de moins qu'auparavant, en raison de perspectives assombries par la conjoncture mondiale.

Le fournisseur des batteries de haute technologie gagne toutefois 2,39% à 26,59 euros vers 10h15, donnant une capitalisation de quelque 730 millions, le groupe lançant un programme de rachat d'actions pouvant atteindre 60 millions d'euros au cours des 12 mois à venir.

Saft vise aussi la distribution de 40 à 50% de son résultat net sous forme de dividendes annuels.

Le groupe prévoit désormais un taux de croissance de 4%, soit, en 2019, un chiffre d'affaires de plus de 900 millions d'euros et une marge brute d'exploitation (Ebitda) supérieure à 16%.

Il y a un an à peine, le groupe avait annoncé lors d'une journée investisseurs un objectif de croissance de 8-10% et une marge Ebitda au-dessus de 17% à horizon 2018.

"Le diagnostic était trop optimiste", a déclaré Ghislain Lescuyer, nouveau président du directoire nommé en mars dernier, lors d'une conférence téléphonique à l'occasion de la présentation du plan "Power 2020".

Saft pâtit en particulier de la réduction des investissements dans le secteur pétrolier, qui l'avait déjà amené fin octobre à réviser ses prévisions pour 2015.

Le groupe anticipe également sur la période 2015-2019 un ratio cash-flow libre/Ebitda moyen d'environ 40%, grâce à des investissements industriels stables représentant environ 5 à 6% du chiffre d'affaires.

D’ici 2019, Saft réduira ses coûts d'achat des matières premières de 4 à 5%, abaissera ses coûts totaux de fabrication de 5 à 6% et améliorera la gestion de la chaîne d'approvisionnement.

Saft a pour clients les fournisseurs d'infrastructures industrielles, de transports, d'électronique civile et militaire et ses batteries lithium-ion servent pour le stockage de l’énergie, les réseaux de télécommunications, les véhicules, la marine, l’espace et la défense.

(Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant