Saft Groupe SA annonce ses résultats pour l'exercice 2006

le
0
Communiqué

PARIS, March 15 /PRNewswire/ -- Saft [Euronext Paris : FR0010208165, SAFT], leader dans la conception, le développement et la production de batteries de haute technologie pour l'industrie et la défense, annone ses résultats pour l'exercice 2006, clos le 31 décembre 2006.

Chiffres clés

- Chiffre d'affaires annuel 2006 de 560,2 millions d'euros :

- Supérieur aux prévisions initiales de 540 à 550 millions d'euros et aux prévisions révisées de 550 millions d'euros + 1%

- Grâce à une bonne croissance dans les principales activités, le chiffre d'affaires baisse de seulement 7,1 millions d'euros (-1,3%) par rapport à l'exercice 2005 (à périmètre et taux de change constants), malgré une diminution d'environ 35 millions d'euros des ventes réalisées auprès de l'armée américaine.

- La rentabilité est conforme aux prévisions, malgré la hausse du prix du nickel (qui a plus que doublé en 2006) et une très mauvaise performance de RBS. Après retraitement des éléments non récurrents pour 2005 et 2006 :

NAK L'excédent brut d'exploitation (EBITDA) s'élève à 99,3 millions d'euros en 2006, à comparer à la fourchette de prévisions de 97 à 101 millions d'euros et contre 110 millions d'euros en 2005.

NAK Le résultat opérationnel (EBIT) s'établit à 73,5 millions d'euros en 2006, à comparer à la fourchette de prévisions de 71 à 75 millions d'euros, et contre 85,7 millions d'euros en 2005.

NAK Le résultat après impôt s'élève à 37,9 millions d'euros en 2006, en hausse de 8,6 %, à comparer à la fourchette de prévisions de 37 à 40 millions d'euros, et contre 34,9 millions d'euros en 2005, en raison d'une baisse notable des frais financiers.

NAK Le résultat par action augmente de 8,5% à 2,05 euros en 2006 contre 1,89 euro en 2005.

- L'endettement net au 31 décembre 2006 est de 300,6 millions d'euros, contre 334,8 millions d'euros au 31 décembre 2005.

- Le versement d'un dividende de 0,68 euro par action, en hausse de 4, 6%, sera proposé lors de l'Assemblée Générale Annuelle.

John Searle, Président du Directoire, a déclaré : ), créée en janvier 2006.

Le résultat opérationnel (EBIT) fait référence au résultat opérationnel avant frais de restructuration et autres produits et charges.

L'excédent brut d'exploitation (EBITDA) fait référence au résultat opérationnel avant dépréciation, amortissements, frais de restructuration et autres produits et charges.

(*) Y-compris les coûts de transaction non récurrents de 5,7 millions d'euros en 2005.

(**) Y-compris les coûts de transaction non récurrents de 5,7 millions d'euros en 2005, la charge non récurrente de refinancement de 12,1 millions d'euros en 2005 et le profit non récurrent de 14,9 millions d'euros sur la création de JC-S en 2006.

(***) Y-compris les coûts de transaction non récurrents de 5,7 millions d'euros en 2005, la charge non récurrente de refinancement de 12,1 millions d'euros en 2005 (moins l'impôt de 3,3 millions d'euros) et le profit non récurrent de 14,9 millions d'euros sur la création de JC-S en 2006 (moins l'impôt de 5,9 millions d'euros).

    
    Résultats par division

                   Exercice clos le                 Exercice clos le 
                   31 décembre 2006                 31 décembre 2005
               Chiffre Variation  EBITDA  Marge sur    Chiffre EBITDA  Marge 
            d'affaires   Chiffre   M EUR     EBITDA d'affaires  M EUR    sur 
    Division                                                          EBITDA 
            
 
    SBG          240,5   - 5,3 %    55,9     23,2 %      254,9   63,3 24,8 %

    IBG          238,7     3,9 %    53,0     22,2 %      227,8   55,6 24,4 %

    RBS           81,0   - 2,9 %   - 5,7    - 7,0 %       83,5    0,1  0,1 %

    Autres         0,0             - 3,9                   0,0  - 9,0

    Total        560,2   - 5,3 %    99,3     17,7 %      566,2  110,0 19,4 %

Montants exprimés à taux de change courants, à l'exception de la variation du chiffre d'affaires qui est exprimée à taux de change constants.

Le centre de coûts "Autres" inclut les fonctions centrales telles que l'informatique, la recherche, la direction générale et la direction financière et administrative. La réduction des pertes enregistrée par ce centre de coûts est en grande partie due à l'augmentation de la refacturation interne aux 3 divisions, soit l'équivalent de 1% du chiffre d'affaires.

Speciality Battery Group (SBG)

- Le chiffre d'affaires de la division SBG a reculé de 5,3 % à taux de change et périmètre constants, du fait d'une baisse des ventes réalisées auprès de l'armée américaine d'un montant d'environ 35 millions d'euros (comme annoncé précédemment), en grande partie compensée par la croissance nette de l'ordre de 10 % dans les autres segments, qui se sont tous bien tenus.

- La baisse de la marge EBITDA s'explique par l'accroissement des refacturations internes (comme expliqué ci-dessus) et la baisse des ventes.

Industrial Battery Group (IBG)

- La division IBG a réalisé une bonne année 2006, avec des ventes en hausse de 3,9 % à taux de change et périmètre constants. Les ventes ont été particulièrement soutenues dans les segments des batteries stationnaires pour les télécommunications et à usage industriel ; elles ont permis de compenser le léger fléchissement du segment ferroviaire, qui avait connu une croissance exceptionnelle en 2005.

- La baisse de la marge EBITDA s'explique par l'accroissement des refacturations internes (comme expliqué ci-dessus) et l'augmentation des coûts du nickel.

Rechargeable Battery Systems (RBS)

- Le chiffre d'affaires de la division RBS a enregistré un repli de 2,9 % à taux de change constants. Les segments de l'éclairage de sécurité et de l'électronique professionnelle ont tous deux dégagé une croissance modérée par rapport à l'année dernière, qui n'a toutefois pas suffi à compenser la diminution attendue des ventes dans le segment non stratégique de la téléphonie portable et du >.

- La baisse de la marge EBITDA s'explique par :

- l'augmentation des refacturations internes (comme expliqué ci-dessus)

- l'augmentation des coûts du nickel

- une perte de l'efficacité de la production d'environ 1 million d'euros pendant la mise en place réussie du plan de restructuration durant le premier semestre, et

- 3 millions d'euros de coûts non récurrents suite à des défauts sur un produit qui ont conduit à des rappels, dont les coûts ont été provisionnés en totalité.

Coûts des matières premières

Comme nous l'avons déjà indiqué, le nickel représente la majeure partie des achats de métaux effectués par Saft. Les coûts du nickel ont significativement augmenté depuis avril 2006. Les prix moyens de la tonne au comptant sur le London Metal Exchange (LME) en 2006 étaient d'environ 15 000 dollars au T1, 20 000 dollars au T2, 29 000 dollars au T3 et 33 000 dollars au T4. Le prix moyen sur le LME était d'environ 24 000 dollars en 2006 contre 15 000 dollars en 2005.

En 2006, les prix du nickel ont également été très volatils à partir du mois d'avril, le prix au comptant sur le LME s'établissant à 16 000 dollars au minimum et à plus de 35 000 dollars au maximum.

En 2006, Saft a acheté approximativement 1 400 tonnes de nickel à des prix directement liés à ceux sur le LME. Le groupe a, en outre, acheté environ 600 tonnes de produits dérivés du nickel (nets des ventes de produits recyclés), en grande partie sur la base de contrats à prix fixe à long terme. Eu égard à la forte hausse des prix du nickel, les fournisseurs de ces produits dérivés ont maintenant modifié leur politique de prix, afin de les aligner directement sur les prix du LME.

Saft a réagi rapidement à cette augmentation des coûts et de la volatilité. La division IBG a mis en place des augmentations de l'ensemble de ses prix les 1er juillet 2006 et 1er janvier 2007, tandis que la division RBS a introduit un surcoût liée au cours du nickel au comptant sur le LME à partir du 1er juillet 2006. Ces augmentations de prix et surcoûts s'appliquent aux nouvelles commandes (sauf clause contraire). Cependant, compte tenu du carnet de commandes et des appels d'offre de chaque division, il y a inévitablement un décalage avant que les augmentations de prix ou les surcoûts soient appliqués : il est d'environ 6 mois pour IBG et d'environ 3 mois pour RBS. IBG a représenté environ 60% du nickel consommé par Saft en 2006 et RBS les 40% restants. La division SBG n'utilise pas, quant à elle, une quantité significative de nickel.

Les prix du nickel ont poursuivi leur ascension en 2007 et, malgré de nouvelles augmentations de prix que la division IBG pourrait introduire, les marges continueront à en être impactées en raison de ce décalage dans le temps. Saft estime néanmoins que cette érosion de la marge cessera une fois que les prix du nickel se stabiliseront.

Saft n'a pas aujourd'hui de couverture pour ses achats. La division RBS n'a recours à aucune couverture, compte tenu de l'application du surcoût. La division IBG n'a recours à aucune couverture aux prix actuels pendant cette période de coûts élevés et volatils du nickel. Cependant, Saft continue à étudier les futures stratégies de couverture et opportunités.

Johnson Controls - Saft (>)

En janvier 2006, Johnson Controls et Saft ont créé la joint-venture Johnson Controls - Saft Advanced Power Solutions LLC (>), avec pour objectif de devenir le principal fournisseur occidental de batteries pour véhicules hybrides et électriques. Le savoir-faire reconnu de Saft dans le domaine de la haute technologie pour batteries à haute performance vient compléter les atouts de Johnson Controls en matière de capacités de production à grande échelle et d'excellente connaissance du secteur automobile mondial. Saft a apporté son savoir-faire, ainsi que des licences et contrats technologiques, pour une participation de 49%. Johnson Controls a apporté son savoir-faire, des licences et contrats technologiques et 40 millions de dollars en numéraire et en actifs pour une participation de 51%.

Cette joint-venture a eu l'impact suivant sur les résultats 2006 de Saft:

- La création de la joint-venture a donné lieu pour Saft à l'enregistrement d'un produit non récurrent de 14,9 millions d'euros. Il correspond à la quote-part de Saft dans la juste valeur de JC-S, après élimination de tout produit intragroupe. Il est comptabilisé sous la rubrique "Autres produits et charges d'exploitation" après l'EBITDA.

- Saft a, par ailleurs, constitué une provision pour impôts différés de 5,9 millions d'euros au titre de ce produit, soit une augmentation nette du résultat après impôt de 9,0 millions d'euros.

- Sous la rubrique "Quote-part dans le résultat des entreprises associées", Saft a enregistré 4,4 millions d'euros au titre de sa quote-part de 49% dans les pertes de JC-S.

- Saft a également inscrit 1,7 million d'euros d'impôts différés au titre de ces pertes.

La joint-venture a déjà annoncé les succès suivants depuis sa création :

- L'attribution d'un contrat avec le consortium USABC en vue d'accélérer le développement des batteries lithium-ion pour véhicules hybrides et électriques ;

- La signature d'une lettre d'intention avec l'un des principaux constructeurs automobiles portant sur deux programmes de fabrication de batteries lithium-ion pour véhicules hybrides et électriques. En conséquence, JC-S est actuellement en train de construire une unité de production de batteries lithium-ion sur le site RBS de Saft à Nersac ;

- L'attribution d'un contrat avec General Motors portant sur le développement de batteries lithium-ion pour une future version hybride plug-in du 4x4 Saturn Vue.

Au vu de ces succès et d'autres opportunités, les deux partenaires ont décidé d'augmenter les investissements et les coûts opérationnels prévus au budget.

Evolution du périmètre en 2006

Les changements de périmètre suivants sont intervenus en 2006 :

- Consolidation par intégration globale de la nouvelle filiale indienne, AMCO-Saft India Ltd, avec des intérêts minoritaires de 49 % ;

- Comme annoncé précédemment, un changement de méthode comptable concernant les coentreprises contrôlées conjointement, désormais consolidées par mise en équivalence. Ce changement s'applique à JC-S (consolidée à partir de 2006) et à la joint-venture ASB/MSB sous contrôle commun avec EADS, qui faisait auparavant l'objet d'une intégration proportionnelle. Les états financiers 2005 de Saft ont dès lors été retraités avec la mise en équivalence d'ASB/MSB.

Revue de l'activité 2006

John Searle, Président du Directoire, a ajouté :

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant