Safran affiche sa confiance dans son nouveau moteur LEAP

le
1
SAFRAN PUBLIE UN CA TRIMESTRIEL EN HAUSSE
SAFRAN PUBLIE UN CA TRIMESTRIEL EN HAUSSE

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Safran s'est montré mercredi "totalement confiant" quant à l'entrée en service de son nouveau moteur LEAP prévue pour 2016, principal enjeu du tandem qui succédera à partir de jeudi au PDG sortant, Jean-Paul Herteman.

L'équipementier spécialisé dans l'aérospatiale, la défense et la sécurité a publié une nouvelle hausse de son chiffre d'affaires trimestriel et a confirmé ses prévisions pour 2015.

Le LEAP, coproduit avec General Electric comme le CFM56 auquel il succède, doit entrer en service en 2016 sur l'A320neo, nouvelle version du monocouloir vedette d'Airbus.

"Je suis totalement confiant pour atteindre les performances du LEAP à l’entrée en service", a souligné Jean-Paul Herteman lors d'une conférence téléphonique.

Les activités de services pour moteurs civils, baromètre très suivi par le marché, ont augmenté de 17,8% au premier trimestre grâce aux premières révisions de moteurs CFM56 et GE90.

Bernstein salue dans une note un "bon début d'année" pour ce segment.

Jean-Paul Herteman a toutefois mis en garde contre toute tentation d'extrapoler cette performance au reste de l'année, s'en tenant à l'objectif confirmé d'environ 10% de hausse pour ces activités en 2015.

Le groupe a également confirmé tabler pour 2015 sur une hausse de son chiffre d'affaires ajusté comprise entre 7% et 9% et sur une augmentation de son résultat opérationnel courant ajusté légèrement supérieure à 10%.

Les prévisions pour 2015 ne tiennent notamment pas compte des effets potentiels de la finalisation d'Airbus Safran Launchers. Safran avait estimé fin février qu'il devrait verser 800 millions d'euros à Airbus Group pour atteindre la participation de 50% prévue dans leur coentreprise dans les lanceurs spatiaux lancée en décembre 2014.

Safran bénéficiera cette année des deux premiers contrats à l'export obtenus en Egypte et en Inde par l'avion de combat Rafale de Dassault Aviation dont il fournit selon les versions des moteurs, des équipements, des systèmes de navigation et des armements.

Le groupe réaffirme aussi prévoir pour 2015 un cash flow libre compris entre 35% et 45% de son résultat opérationnel courant ajusté, tout en signalant à nouveau des incertitudes sur l'encaissement d'acomptes et le rythme de paiement de plusieurs États clients. En 2014, la proportion a été de 35%.

Safran a réalisé un chiffre d'affaires de 3,935 milliards d'euros au premier trimestre, légèrement au-dessus des attentes, soit une hausse de 14,3%, donnant une croissance organique de 2,4% après impact des effets de change.

Le groupe réunit jeudi à 14h00 son assemblée générale annuelle, qui marquera le départ de son PDG Jean-Paul Herteman, atteint par la limite d'âge, et son remplacement par un tandem constitué de Ross McInnes comme président et de Philippe Petitcolin au poste de directeur général.

Des fonds activistes menacent de bloquer plusieurs résolutions financières clés lors de cette AG, ouvrant un deuxième front dans la bataille entre le gouvernement français et les investisseurs institutionnels sur l'application de la "loi Florange".

Jean-Paul Herteman s'est par ailleurs refusé à tout commentaire sur les spéculations apparues mardi sur le marché et faisant état d'un désengagement de Safran du spécialiste des services de paiements Ingenico dont il détenait au 31 mars 9,10% du capital et 16,13% des droits de vote.

L'Etat a de son côté vendu début mars une nouvelle participation dans Safran, ce qui ramène sa participation à 18%.

L'action Safran a clôturé en hausse de 2,1% à 68,980 euros mardi. La capitalisation du groupe ressort ainsi à 28,77 milliards. Elle s'est adjugé 34,6% depuis le début de l'année après n'avoir progressé que de 1,5% en 2014.

(Cyril Altmeyer, édité par Matthias Blamont)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • umrk le mercredi 22 avr 2015 à 09:29

    Une des très rares sociétés françaises qui marche bien, qui exporte et qui embauche. Ce n'est pas l'effet du hasard, mais résulte d'une stratégie bien pensée, bien exécutée. Bravo !