Safari au Zimbabwe: les réseaux sociaux, armes de choix pour la vindicte publique

le
0
Safari au Zimbabwe: les réseaux sociaux, armes de choix pour la vindicte publique
Safari au Zimbabwe: les réseaux sociaux, armes de choix pour la vindicte publique

La mort d'un lion au Zimbabwe lors d'une partie de chasse d'un dentiste américain met en exergue la façon dont les médias sociaux ont transformé internet en jungle virtuelle.Amateur de chasse aux trophées animaliers de prestige, Walter Palmer est le dernier cas d'une longue liste de personnes --célèbres ou non-- qui ont été publiquement, sans pitié, jetées en pâture au monde entier sur Twitter et Facebook, qui s'apparentent désormais à la place du village du 21e siècle."Il doit être extradé, inculpé et de préférence pendu" pour avoir tué le lion Cecil du parc national Hwange au Zimbabwe, a tweeté l'association de défense des droits des animaux PETA.La twittosphère a été envahie de messages souhaitant notamment que le riche américain brûle en enfer, soit lapidé, torturé ou encore jeté aux lions, le hashtag #Cecilthelion étant l'un des plus populaires de la semaine. De nombreux appels également pour son extradition vers le Zimbabwe, qui souhaite le juger."La disgrâce publique à travers les réseaux sociaux est clairement la façon dont les gens dans notre société +punissent+ de manière informelle ceux qui ne respectent pas les règles, même si les règles de la société ne sont pas des lois", a indiqué à l'AFP Lori Brown, professeur de sociologie au Meredith College, en Caroline du Nord (sud-est des Etats-Unis)."C'est comme une mise au pilori en public et, tout comme ce type de punition, certains se satisfont simplement de la ridiculisation de la personne, mais d'autres peuvent vouloir lui lancer des choses dessus ou même la blesser", a-t-elle souligné.Certains se sont retrouvés entre les fourches Caudines des internautes en découvrant, de manière violente, que l'humour ne passe pas très bien dans un tweet de 140 caractères."Départ pour l'Afrique. J'espère ne pas attraper le sida. Je plaisante. Je suis blanche!", avait écrit sur Twitter une responsable de la communication d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant