Sadran veut du monde au Stadium

le
0
Sadran veut du monde au Stadium
Sadran veut du monde au Stadium

L'heure est déjà grave pour le Téfécé, dernier de L1 après quatre journées (deux défaites, deux nuls) et dont le jeu ennuie plus qu'il ne fait vibrer. Pour Olivier Sadran, il est pourtant trop tôt pour tirer la sonnette d'alarme. Surtout que samedi, c'est l'OM qui se présentera au Stadium. Et pour l'occasion, le président toulousain n'attend pas uniquement une première victoire de la part de son équipe. Il souhaite également que la fête soit totale. « L'objectif est clair, avoue Sadran dans les colonnes de la Dépêche du Midi, on veut offrir une vraie fête pour la réception de Marseille, un samedi après-midi dans un Stadium où les gens pourront venir en famille. » Il faut dire que depuis le début de la saison, les supporters toulousains n'ont pratiquement pas vu leurs protégés à l'oeuvre.

Imperméable aux critiques

Le derby contre Bordeaux excepté (1-1), le Téfécé n'a en effet disputé que des matchs à l'extérieur pour le moment. Ce soir-là, comme souvent ces derniers temps, les Toulousains n'avaient pas vraiment séduit. Même si cela n'a pas empêché de dormir l'homme fort du club. « « Les moqueries, vous savez, ça nous passe à côté. Tout le monde parle beaucoup, la plupart du temps pour dire n'importe quoi. Nous, on a nos valeurs, nos richesses, et personne ne peut les contester. » En revanche, nombreux ont été les supporters du « Tef' » à se plaindre du recrutement. Un jugement que ne partage pas Olivier Sadran. Ce dernier se demande même où il faudrait en arriver pour enfin combler ces fans très exigeants selon lui. Comme il ne comprend pas pourquoi il y a quelques fois une si faible affluence au Stadium.

Perdu sur la feuille

« Moi, je vois qu'on vient de recruter des joueurs de valeur qui n'attendent qu'une seule chose, c'est de pouvoir évoluer devant un public chaud-bouillant, qui leur rappelle d'ailleurs les clubs et les stades où ils ont évolué. Après, on ne va pas non plus se mettre tout nus pour faire venir le public ! » Ce n'est donc pas encore samedi qu'Etienne Didot et ses partenaires joueront les Dieux du Stade sur les pancartes de la ville. Mais leur président assure qu'ils feront tout pour lancer leur saison contre l'OM. Même si, sur le papier, le match semble très déséquilibré. « En théorie le TFC ne peut rivaliser avec un club au budget quatre fois supérieur (125 M? contre 32 M?), sachant que sur un match tout est possible. » Surtout si le public toulousain a enfin l'envie de revenir soutenir les siens.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant