Sachez rendre une poule heureuse

le
0
Sachez rendre une poule heureuse
Sachez rendre une poule heureuse

Sois heureuse, ma poule. Dans leurs laboratoires et penchés au-dessus de leurs poussins témoins, les scientifiques de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) travaillent en ce moment avec rigueur à rendre les volailles joyeuses, car la qualité de leur chair et celle de leur ponte en dépendent.

L'inspection des poulaillers réserve des surprises. « On a tendance à projeter notre idée du bonheur et, pour nous, l'élevage à l'intérieur évoque la prison alors que la poule peut être très stressée à l'extérieur », décrit Christine Leterrier, spécialiste des émotions chez les oiseaux d'élevage. Des rapaces menaçants, une soudaine averse ou une chaleur trop pesante et les oiseaux déguerpissent vers le poulailler. « Et puis, en bâtiment, il y a un truc super : les copains ! Les poules sont des animaux très sociaux », décrit la scientifique devant une cagette d'observation où des poussins se serrent, ailes à ailes. « Mais plus il y a de proximité, plus les risques sanitaires sont importants », admet-elle.

Une alimentation diverse emplit-elle les gallinacés de reconnaissance ? Pas vraiment. Eleveurs comme scientifiques peuvent l'établir avec certitude, le bec délicat des poules ne goûte pas l'inconnu. « Quand on introduit un aliment nouveau, on entend des cris de détresse. Elles peuvent parfois arrêter de manger. » A force d'observer des poules témoins, les scientifiques savent en revanche ce qui les rend immanquablement heureuses : folâtrer dans la poussière. « Quand on mène des expériences où elles sont privées de s'ébrouer et qu'on leur en laisse de nouveau la possibilité, elles s'y adonnent de façon très longue, ça fait plaisir à voir », s'amuse Christine Leterrier.

Les consommateurs peuvent mesurer le bonheur des bêtes dans leur assiette. « On sait que le stress des dernières heures de l'animal joue sur la qualité de la viande », assure la chercheuse Cécile Berri, près de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant