Sablé fête son champion au bar de... l'Elysée

le
0
Sablé fête son champion au bar de... l'Elysée
Sablé fête son champion au bar de... l'Elysée

« Fillon Président ! Fillon président ! » A Sablé-sur-Sarthe, fief de l'ex-Premier ministre, les habitants crient leur bonheur à la découverte des premiers résultats. Clin d'oeil d'un proche destin ? C'est à l'Elysée, le pub de la ville, qu'ils ont été conviés à suivre le second tour de la primaire de la droite ! Dès 20 heures, ils sont une quarantaine à trinquer à la santé de celui qui a longtemps été leur député-maire.

 

Plus tôt dans l'après-midi, le nom du vainqueur ne faisait guère de doute pour les habitants. Ils avaient déjà été plus de 91 % à avoir voté pour « l'enfant du pays » le week-end dernier. « Un score de démocratie populaire », rigole Jacques Foucher, délégué juppéiste, chargé d'observer la bonne tenue du scrutin pour son candidat. A l'école Gambetta, les assesseurs s'étonnent encore de la participation, de loin supérieure au premier tour. A l'image de ces religieuses de l'abbaye de Solesmes, voisines de quelques kilomètres, qui convergent en procession vers l'isoloir.

 

Sourire aux lèvres, Roger Server, ancien maire Solesmes, passe sa journée dans les différents bureaux de vote. Pour rien au monde, il n'aurait raté ça. L'édile de 75 ans connaît bien le vainqueur. L'ex-Premier ministre, puis sa femme après lui, ont tous deux siégé au conseil municipal. « J'ai rencontré François Fillon en 1976. Depuis, j'ai fait toutes ses campagnes, sourit ce proche. Mais s'il y a un mois on m'avait dit qu'il remporterait la primaire, je ne l'aurais pas cru. »

 

Une combativité surprenante

 

Au sortir de l'isoloir, Joël, agriculteur de 52 ans, paraît lui aussi sonné : « Il a vraiment montré sa personnalité ces deux derniers mois. Même nous qui le connaissons un peu, on a été surpris de cette combativité. » Tout près, une octogénaire se dit « pas étonnée » : « Il a été à bonne école. Si Joël Le Theule (dont Fillon a été l'assistant parlementaire dans les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant