Sabine Atlaoui : "S'ils le tuent, ils tueront une partie de moi-même"

le
0
Serge et Sabine Atlaoui lors d'une visite en prison, en 2008.
Serge et Sabine Atlaoui lors d'une visite en prison, en 2008.

La famille de Serge Atlaoui, un Français condamné à mort en Indonésie pour trafic de drogue et dont l'ultime recours a été rejeté mardi, a imploré François Hollande et l'Union européenne de "mettre tout en oeuvre" pour le sauver. "Notre famille en appelle au président de la République, M. François Hollande, et à l'Union européenne pour mettre tout en oeuvre pour sauver Serge Atlaoui du peloton d'exécution", a déclaré l'un de ses frères, André Atlaoui, appelant aussi à une "mobilisation citoyenne" en France. "Je ne vous cache pas notre énorme désarroi, notre incompréhension et notre souffrance", a-t-il ajouté.

"S'ils le tuent, ils tueront une partie de moi-même, mais la partie qui restera continuera à se battre", a dit sur RTL l'épouse du condamné, Sabine, se disant "anéantie". Elle a aussi lancé un appel aux autorités françaises. "Je relance un appel très fort à ce que la France intervienne, que le gouvernement français soit là", a-t-elle aussi lancé. "Il faut que les gens se mobilisent. Je demande aussi à l'UE de s'exprimer sur ce qui se passe, je suis déterminée. Mon mari l'a dit, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir, et on va continuer à se battre. Quoi qu'il arrive, la vérité, elle va sortir sur cette affaire, je ne m'arrêterai pas là, vous savez", a ajouté Sabine Atlaoui, interrogée depuis l'Indonésie.

Appels à la clémence

"J'appelle la présidence indonésienne à la grâce", a encore dit l'épouse de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant