Sa mort, sa fatigue, ses névroses : dans l'avion, le pape François se confie

le
3
Sa mort, sa fatigue, ses névroses : dans l'avion, le pape François se confie
Sa mort, sa fatigue, ses névroses : dans l'avion, le pape François se confie

C'est devenu une habitude à chacun de ses déplacements : dans l'avion du retour, le souverain pontife se répand en confidences avec les journalistes. Ce lundi, le pape François a ainsi pour la première fois évoqué publiquement la perspective de sa mort. Se donnant encore «deux ou trois ans» à vivre sans qu'on sache trop s'il blaguait ou pas, il n'a en tout cas pas exclu une possible démission s'il n'avait plus la force de continuer.

«Ca durera peu de temps»

C'est au cours d'une conférence de presse dans l'avion qui le ramenait de Corée du Sud, que le pape de 77 ans, qui semblait en pleine forme, s'est confié. Interrogé sur sa popularité et le sentiment qu'elle faisait naître en lui, le souverain pontife a affirmé qu'il la vivait «comme une générosité du peuple de Dieu». Avant d'ajouter : «Intérieurement, je cherche à penser à mes péchés, à mes erreurs, pour ne pas m'enorgueillir. Parce que, je le sais, ça durera peu de temps. Deux ou trois ans. Et puis, à la Maison du Père !»

S'il n'avait pas jusqu'alors publiquement parlé de sa mort, il avait, selon une source du Vatican, confié à des proches qu'il pensait n'avoir que quelques années seulement devant lui.

S'il se sent incapable, François démissionnera

François a en outre, une nouvelle fois, mentionné l'éventualité d'une démission s'il ne se sentait plus en capacité d'assumer ses fonctions. Depuis celle de Benoît XVI en 2013, la démission d'un pape n'est plus «une exception», «même si ça ne plaît pas à certains théologiens», a-t-il à cet égard déclaré. Il a rappelé que les évêques émérites (à la retraite) étaient une exception il y a 60 ans, et que maintenant c'était une pratique courante.

«Vous pouvez me dire : si un jour vous ne vous sentiez plus capable d'aller de l'avant, feriez-vous la même chose ? Oui. Je prierais et ferais de même. Benoît XVI a ouvert une porte qui est institutionnelle», a affirmé le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 19 aout 2014 à 14:12

    Papounet, on s'en fout. Tout les chrétiens qui meurent en Orient depuis 1400 ans, personne n'en parle.

  • eskimmo le mardi 19 aout 2014 à 11:10

    Que va-t-on faire de tous ces papes et sous-papes ?

  • frk987 le mardi 19 aout 2014 à 10:38

    C'est comme en politique, après 60 ans...............on se leurre, on se fait des illusions, mais le corps ne suit plus l'esprit qui peut rester vif.