S?ur Lika, réfugiée à Erbil : "On se sent oublié, mis de côté"

le
0
Soeur Lika, religieuse dominicaine réfugiée à Erbil, en Irak.
Soeur Lika, religieuse dominicaine réfugiée à Erbil, en Irak.

Lika Marooki est née à Bagdad en 1978. Elle est entrée chez les soeurs dominicaines en 1997 et a prononcé ses v?ux perpétuels en 2005. Elle habitait à Qaraqosh, jusqu'au jour où elle a dû fuir face à l'avancée de l'État islamique pour se réfugier près d'Erbil. Elle témoigne ce vendredi 29 janvier à Notre-Dame de Paris, puis dans plusieurs grandes églises de France, à l'invitation de l'association Aide à l'Église pour «  La Nuit des témoins » (programme à consulter sur www.aed-france.org). En avant-première, s?ur Lika Marooki nous a raconté ce qu'elle vit au jour le jour en Irak.

Le Point : Dans quelles conditions avez-vous dû fuir ?

S?ur Lika : Je vivais à Qaraqosh, cette ville que l'on dénomme « Baghdede' » en araméen et qui est située à 22 kilomètres de Mossoul. Le 6 août 2014, deux mois après la prise de Mossoul par l'État islamique et l'éviction des chrétiens, nous avons été réveillés vers 5 heures du matin par le son des canons, ceux de l'affrontement entre Daech et les peshmergas. Cinq heures plus tard, nous avons eu trois morts, deux enfants et une jeune fille. Ma famille a décidé de tout quitter, et moi, je suis retournée au couvent. Avec toutes les s?urs (72 au total), nous avions décidé de rester aux côtés des habitants. Mais, rapidement, comme eux, nous avons dû nous résoudre à partir. Sur la route,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant