S.Pri Noir : "Le match contre La Corogne en 2001 me reste en travers de la gorge"

le
0
S.Pri Noir : "Le match contre La Corogne en 2001 me reste en travers de la gorge"
S.Pri Noir : "Le match contre La Corogne en 2001 me reste en travers de la gorge"

Double champion de France de football américain, nouvel espoir du rap game, S.Pri Noir est également un inconditionnel du PSG. Le plan Leproux, la défaite contre La Corogne, la victoire en C2, les performances de Cavani : tout y passe !

Comment en es-tu venu au foot ? Me concernant, je pense que tout commence en 1990, pendant la Coupe du monde. Mon père regardait tous les matchs et a même acheté le best-of en VHS une fois la compétition finie. On se passait la cassette en boucle et, forcément, ça m'a donné envie de faire du foot. De mes 6 ans à 15 ans, je jouais n°10. J'étais petit et un peu gros, mais j'étais aussi très technique. Ça correspondait au poste. Par la suite, on m'a descendu de deux crans. J'étais devenu arrière droit, où j'aurais peut-être pu percer.
Tu arrêtes le foot à 22 ans. Pour quelles raisons ? Il faut savoir que j'étais assez doué dans le foot. Je jouais en DHR et j'étais souvent surclassé. Au lieu de jouer avec les moins de 15 ans, je jouais avec les moins de 18, par exemple. J'ai même fait des essais à Sedan et Newcastle, mais ça n'a pas pu se faire. J'étais un peu dégoûté. Heureusement, je faisais du football américain depuis plusieurs mois. Ça m'a permis de prendre un peu de recul par rapport au foot, que j'ai fini par lâcher pour me concentrer uniquement sur le rap et sur mon parcours avec le Flash de La Courneuve. Un bon choix : j'ai été deux fois champion de France depuis.
Il y a des choses que tu aimais dans le foot que tu retrouvais dans le football américain ? Le collectif et l'esprit d'équipe, principalement. Le reste, c'est très différent. Rien qu'en terme d'intensité : le foot est beaucoup plus physique et moins entrecoupé que le football américain. Dans ce sport, les moments de récupération sont beaucoup plus nombreux.
Je crois savoir que tu es fan du PSG depuis tout petit ? Depuis que j'ai 5 ou 6 ans, à vrai dire. C'était l'époque de George Weah, de Vincent Guérin, de Paul Le Guen et de Ginola. Au collège, j'étais même abonné à la tribune Auteuil. J'y allais avec mes potes du foot.
Tu continues d'y aller aujourd'hui ? De temps en temps, mais l'ambiance n'est plus pareille. L'atmosphère de la fin des années 90 et du début des années 2000 me manque. J'ai l'impression d'être à Stamford Bridge à présent ! Il manque un vrai public, un groupe de supporters qui puisse permettre à l'équipe de remporter des matchs difficiles. Ça a été le…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant