S&P relativise l'éventuelle perte par la France de son AAA

le
0
«Les investisseurs traitent aujourd'hui la France comme si elle était notée triple B», affirme Jean-Michel Six, chef économiste chez Standard & Poor's, dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France .

«Etre dégradé consiste, un peu comme au lycée, à passer d'un 20/20 à 19. Ça ne veut pas dire que vous allez louper le bac», affirme Jean-Michel Six, chef économiste pour l'Europe chez Standard & Poor's, dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France. A l'heure où le gouvernement tente de minimiser la portée d'une dégradation de la note de la France - actuellement à AAA, soit la meilleure note possible - le responsable de la première agence de notation indique que «malgré son triple A, les investisseurs traitent aujourd'hui la France comme si elle était notée triple B».

D'après une source proche du dossier, ces propos sont à relativiser: «La France se finance à des conditions de marché beaucoup plus avantageuses que celles de pays européens BBB, qu'ils soient sous programme d'aide ou pas. Les taux à 10 ans du Portugal, de Chypre et de l'Irlande se traitent aujourd'hui, dans l'ordre, à 14,68%, 12,25% et 8%, contre 3,38% pour ceux de la France».

Jean-Mi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant