S&P degrade Groupama, le mutualiste lance un plan d'economie

le
1

PARIS (Reuters) - Standard & Poor's a abaisse vendredi la note a long terme de Groupama, une decision a laquelle le groupe mutualiste s'etait prepare en annoncant en interne jeudi un plan d'economies et des mesures pour renforcer son profil financier.

L'agence de notation a abaisse la note de Groupama de BBB+ a BBB avec une perspective negative, estimant que des marches defavorables et instables pourraient affaiblir financierement l'assureur et fragiliser ses ratios de fonds propres.

S&P, qui avait place l'assureur sous surveillance le 13 septembre, a indique que si le plan propose par Groupama representait "un developpement" positif, les mesures engagees etaient insuffisantes pour conserver une note BBB+.

Le journal Les Echos ecrit vendredi que Groupama cherche a reduire ses couts de 300 millions d'euros sur les deux prochaines annees et de 400 millions a horizon 2013.

"Notre priorite, dans l'immediat, cela reste d'agir sur la couverture de nos actifs financiers, le renforcement de nos protections de reassurance, l'amelioration de nos marges et la reduction de nos frais generaux", a commente une porte-parole du groupe mutualiste apres l'annonce de S&P.

La porte-parole a exclu une vente des participations de 5,47% et 4,09% que le mutualiste possede respectivement dans Veolia et la Societe generale, deux titres parmi les plus malmenes en Bourse et qui ont perdu 54% et 60% de leur capitalisation boursiere depuis le debut de l'annee.

Elle a egalement dementi tout besoin d'argent frais et toute etude de schemas de rapprochement avec d'autres groupes financiers comme cela a ete evoque dans la presse.

Groupama a annonce debut aout un resultat net en hausse d'environ 16% au premier semestre malgre une provision de 84 millions d'euros passee en raison de sa participation au plan d'aide a la Grece.

Si le mutualiste doit faire face comme tous les groupes financiers a la crise de la dette dans la zone euro, il est particulierement touche, en tant qu'assureur, par la desaffection croissante des Francais pour l'assurance-vie et leur amour grandissant pour le livret A.

Julien Ponthus, avec Wilfrid Exbrayat pour le service francais, edite par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • felix172 le vendredi 23 sept 2011 à 17:58

    Résultat net de +16% malgré 84 millions de provision... Sans compter les provisions sur la SG et Véolia ? Après on s'étonne que l'état taxe les Mutuelles qui elles les répercutent sur qui ? Sur nous pauv kons !