S&P confirme les notes d'Areva, perspective négative

le
0

par Matthieu Protard PARIS, 9 octobre (Reuters) - L'agence de notation Standard & Poor's a confirmé jeudi soir les notes de crédit du groupe nucléaire français Areva AREVA.PA , décision assortie d'une perspective devenue "négative" pour la note à long terme contre "stable" précédemment. S&P maintient ainsi la note de crédit long terme d'Areva à "BBB-" et celle de crédit court terme à "A-3". S&P, qui avait placé en septembre les notes d'Areva sous surveillance avec implication négative, a justifié le maintien de la notation par notamment "l'annonce par la société de trois mesures qui devraient limiter la hausse de la dette sur 2014-2015". Menacé de voir ses notes de crédit basculer en catégorie spéculative, le spécialiste français de l'énergie nucléaire a annoncé mardi son intention de réduire ses investissements bruts de 200 millions d'euros à moins d'un milliard par an sur la période 2015-2016 et de céder au moins 450 millions d'euros d'actifs. L'entreprise envisage également une émission d'obligations hybrides "dans les meilleurs délais". ID:nL6N0S23VM "La perspective négative signale le risque de nouvelles déviations en termes de performance opérationnelle ou d'endettement par rapport au scénario central", souligne Standard & Poor's dans un communiqué. Areva a précisé que la nouvelle réduction des investissements ne concernait pas ses dépenses stratégiques et de sureté et que les cessions porteraient sur des activités non stratégiques ou des participations minoritaires d'ici fin 2016. Les nouveaux désinvestissements envisagés intègrent la vente de la participation minoritaire du groupe déjà engagée dans le projet Euronimba de mine de fer en Guinée, a souligné Areva dans un communiqué. E4,7 MDS DE DETTE Le Journal du Dimanche a par ailleurs rapporté dimanche que l'Etat français, qui contrôle directement ou indirectement près de 87% du capital d'Areva, réfléchirait à renflouer l'entreprise, dont les besoins atteignent deux à trois milliards d'euros selon l'hebdomadaire. Le JDD a également évoqué l'hypothèse d'un rapprochement avec EDF EDF.PA , un serpent de mer dont Bercy a indiqué au journal qu'il n'était pas à l'étude. Areva a déjà réalisé 1,2 milliard d'euros de cessions depuis la mise en place de son plan stratégique, fin 2011, mais a notamment dû renoncer à vendre sa filiale américaine de mesure de la radioactivité Canberra à la société française de capital-investissement Astorg Partners, faute de financement. Le groupe a revu ses prévisions à la baisse début août après avoir enregistré une lourde perte au titre du premier semestre 2014 et prévoit pour cette année une baisse organique de ses ventes de 10%. ID:nL6N0Q71CX Il avait déjà indiqué à cette occasion qu'il ramènerait ses investissements à environ 1,1 milliard d'euros cette année (contre 1,3 milliard programmé auparavant) et qu'il maintiendrait son enveloppe à un niveau inférieur en 2015 et en 2016. Areva a aussi relevé début août son objectif de réduction de coûts opérationnels de 1 milliard d'euros d'ici à 2015 à 1,2 milliard d'ici à 2016. Un abaissement des notes court et long termes d'Areva aurait rendu les actions et les obligations du groupe difficiles à placer, notamment auprès des fonds d'investissement. L'endettement financier net total du groupe s'élevait à 4.734 millions d'euros au 30 juin, contre 4.468 millions à fin 2013, mais Areva mettait en avant cet été le renforcement de sa liquidité et l'absence d'échéance majeure de remboursement de dette avant 2016. A la Bourse de Paris, avant l'annonce de S&P, l'action Areva a clôturé à 10,85 euros, en repli de 2,60%. (Edité par Wilfrid Exbrayat)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant