« S'il y a une trahison, c'est celle de Nicolas Sarkozy »

le
2

Après sept mois de campagne, vous êtes toujours à 3 % dans les sondages. Vous espérez quoi de cette primaire ? Je me suis coltiné six mois de campagne sur les parrainages. On me demandait sans arrêt : est-ce que vous allez avoir vos parrainages ? Et une majorité de gens essayaient d'installer l'idée que je ne les aurais pas. Forcément, ce n'est pas très attractif pour l'électeur. Cette opération de décrédibilisation a duré jusqu'en septembre. Donc ma campagne vient à peine de commencer. Je suis en train d'imposer un message et des thématiques qui sont cruellement absentes. Lesquelles ? On a beaucoup parlé d'identité. Mais ce n'est pas franchement passionnant de se demander si nos grands-parents étaient gaulois. Moi, mon message est celui d'un optimisme raisonnable, qui consiste non pas à nier nos difficultés, mais à essayer de voir la grande transformation que nous traversons comme un jeu d'opportunités et de menaces. Et faire en sorte que les opportunités l'emportent sur les menaces. C'est ça la nouvelle société. Vous souhaitez que les électeurs de gauche participent à la primaire ? Qui sont les électeurs de gauche ? Ceux qui ont voté pour la gauche en 2012 ? en 2002 ? Je n'appelle pas les électeurs en fonction de ce qu'ils ont voté par le passé, mais de ce qu'ils veulent voter pour l'avenir. Si on s'en tenait uniquement à ceux qui ont voté Nicolas Sarkozy en 2012, où on était minoritaire, alors on restera minoritaire pour l'éternité. Va-t-on excommunier la majorité des Français qui a voté Hollande ? Mon sujet ce n'est pas le passé, mais ce que vous voulez pour l'avenir. Si vous ne voulez plus de Hollande et pas de Marine Le Pen, alors c'est votre primaire. Nicolas Sarkozy estime qu'il s'agit d'une forme de trahison... S'il y a une trahison, c'est une trahison de ce qu'a été Nicolas Sarkozy. Parce qu'en 2007, ce n'était pas ce qu'il disait. Je l'ai ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1461628 il y a 9 mois

    Je préfère les gens qui assument leurs responsabilités y compris judiciaire pour Juppé à ceux qui fuient et se défilent en proférant des mensonges de meetings( spectacles fan club )en meetings , 3 ans après Bygmalion Sarkozy chef de parti ne sait pas ce qui s'est passé et ne connait plus M.Attal? De qui se moque t’on ? Désolé "le peuple de France " n'est pas un pigeon

  • bordo il y a 9 mois

    La faute à qui ? La faute à Sarko ! La défaite de 40, c'est lui ! L'assassinat de Jaurès, c'est encore lui ! L'envoi de Napoléon à Sainte-Hélène, c'est toujours lui. L'assassinat ciblé de FH, alors candidat, Sarkozy vous-dis-je !