S'estimant salie par le scandale, la Fifa réclame des indemnités

le
0
    ZURICH/NEW YORK, 16 mars (Reuters) - La Fédération 
internationale de football (Fifa) réclame plusieurs dizaines de 
millions de dollars d'indemnités aux anciens responsables de 
l'organisation poursuivis par la justice américaine pour 
corruption, s'estimant salie par leur faute.  
    Dans une lettre adressée mardi au parquet fédéral à New 
York, la Fifa reconnaît pour la première fois que certains de 
ses anciens dirigeants ont "vendu" par le passé des voix dans le 
cadre des procédures d'attribution des Coupes du monde.  
    C'est aussi la première fois que l'institution se présente 
en tant que plaignante ou victime dans ce scandale qui a éclaté 
en mai 2015 avec l'arrestation, sur ordre de la justice 
américaine, de plusieurs cadres de la Fifa pour des soupçons de 
corruption à grande échelle.  
    Gianni Infantino, élu fin février à la présidence de la Fifa 
avec pour mission de mettre fin à ce scandale, souligne que 
l'argent détourné devait servir à financer des installations 
sportives et non les villas ou les voitures des officiels.  
    "Ces dollars devaient servir à construire des terrains de 
football, pas des villas ou des piscines; à acheter des kits de 
football, pas des bijoux ou des voitures; à financer le 
développement de la formation des joueurs et des entraîneurs, 
pas à assurer un train de vie fastueux à des cadres du football 
ou du marketing sportif", déclare le président de la Fifa.  
    Il a promis de récupérer l'argent, "peu importe le temps 
qu'il faudra".  
    "Les prévenus (...) ont grandement terni la marque Fifa et 
réduit sa capacité à employer ses ressources pour des actions 
positives à travers le monde", peut-on lire dans le document 
accompagnant la lettre. 
    Ce rapport énumère les cas de malversation présumée au sein 
de la Fifa, parmi lesquels l'attribution de la Coupe du monde 
2010 en Afrique du Sud, que les autorités judiciaires 
américaines avaient déjà épinglé en décembre dernier.  
    Selon ce document, les anciens membres du comité exécutif de 
la Fifa Jack Warner, qui a été suspendu à vie et nie toute 
faute, et Chuck Blazer, qui a plaidé coupable de racket, de 
fraude et de blanchiment d'argent, avaient alors, avec d'autres 
individus, mis au point le versement illégal de 10 millions de 
dollars en échange de leur vote au comité exécutif.  
    Jack Warner, ajoute le document, a aussi accepté un 
pot-de-vin en 1998 pour voter en faveur du Maroc lors de la 
compétition pour l'attribution du Mondial 1998 en France.  
    "Il est désormais apparent que de nombreux membres du comité 
exécutif de la Fifa ont abusé de leurs positions et vendu leur 
vote en de multiples occasions", insiste le rapport. 
    Le document ne mentionne cependant pas l'attribution des 
Coupes du monde 2018 en Russie et 2022 au Qatar, qui fait 
l'objet d'investigations de la part de la justice suisse.  
 
 (Brian Homewood, David Ingram; Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant