"S'enflammer sur un but des Bleus, qu'est-ce que c'est bon !"

le
0
"S'enflammer sur un but des Bleus, qu'est-ce que c'est bon !"
"S'enflammer sur un but des Bleus, qu'est-ce que c'est bon !"

Après quatre années de bons et loyaux services sur les antennes de beIN Sports, Éric Di Meco a décidé de rejoindre SFR Sport où il commentera la Premier League la saison prochaine. L'occasion de revenir sur son dernier match aux côtés de Christophe Josse samedi dernier, mais également sur l'Euro qui arrive à grands pas.

Tu as vécu ton dernier match samedi sur beIN, à l'occasion de la finale de Ligue des champions. Alors c'était comment ?
Comme d'habitude, c'était sympa (rires). Non mais c'était avant tout un super match et c'est exactement pour ce genre de rendez-vous que l'on fait ce métier. Pour une dernière, une finale de Ligue des champions c'est l'idéal, même si ce n'était pas choisi, hein, c'est juste qu'il s'agit du dernier match de la saison et que mon contrat se finissait à ce moment-là. En tout cas, j'ai appréhendé ça comme tous les autres matchs, sans me prendre la tête.

Et alors tu en as pensé quoi de cette finale ?
Bah c'est sûr que ce n'était pas la plus belle de ces dernières années, mais c'était loin d'être la plus pourrie aussi.
« Après, les tirs au but ce n'est pas quelque chose qui me fait vibrer, quand tu as été joueur tu sais à quel point c'est un exercice cruel. »
Il y a eu un scénario haletant avec du suspens, des retournements de situations, des coups de théâtre… Il y avait un peu de tout dans ce match. Après, les tirs au but ce n'est pas quelque chose qui me fait vibrer, quand tu as été joueur tu sais à quel point c'est un exercice cruel, et c'est toujours dur qu'une finale se décide là-dessus. Mais bon à l'arrivée, l'histoire est belle avec Zizou qui soulève le trophée, même si cette nouvelle désillusion pour l'Atlético fait un petit peu mal au cœur.


Il la mérite leur victoire, le Real ?
Tu sais à la fin, c'est l'équipe qui soulève le trophée qui a raison. Après si tu regardes le parcours de l'Atlético c'est sûr qu'ils sortent les deux favoris de la compétition, alors que le Real fait un parcours disons moins compliqué. Sur la finale, l'Atlético peut avoir des regrets, de gros regrets même. Simeone a très vite vu que son système en 4-4-2 ne mettait pas en difficulté le Real, il a donc changé à la mi-temps comme il l'avait fait contre le Bayern, ça a failli marcher mais…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant