S'adapter ou mourir: un choix inéluctable dans la high-tech

le
0
S'adapter ou mourir: un choix inéluctable dans la high-tech
S'adapter ou mourir: un choix inéluctable dans la high-tech

Nokia, Yahoo, BlackBerry... Le sort malheureux de plusieurs stars déchues de la high-tech illustre le danger de se reposer sur un seul produit et surtout d'être trop lent à réagir dans un secteur où tout évolue particulièrement vite.Le pionnier canadien des smartphones, dont l'appareil vedette fut un temps jugé si incontournable et addictif qu'il avait valu à son utilisateur le surnom de "crackberry", a annoncé mercredi qu'il renonçait à fabriquer des téléphones lui-même pour se recentrer sur les services.Avant lui, Nokia, jadis premier fabricant mondial de téléphones portables, a vu cette activité s'envoler en fumée, tandis que le pionnier d'internet Yahoo, après plusieurs années à tenter sans succès de relancer sa croissance, s'est résolu à vendre son coeur de métier au géant des télécoms Verizon."Leur point commun, c'est qu'ils n'ont pas bien réagi à des changements rapides", résume Roger Kay, analyste chez Endpoint Technologies Associates."Ca va à très grande vitesse dans le secteur technologique", rappelle-t-il. "Tous les secteurs finissent par se stabiliser à un moment, et le secteur technologique le fera probablement, mais il ne l'a pas encore fait car il est encore relativement jeune."Aller à toute allure semble ancré dans la culture d'un secteur qui ne cesse de parler de "bouleversement" et de "révolution", et dont les produits deviennent quasi jetables, qu'il s'agisse d'un message qui disparaît en quelques secondes ou d'un téléphone qu'on cherche à vous faire remplacer tous les ans. - Se reposer sur ses lauriers -Se convertir à la nouvelle tendance du jour n'est pourtant pas toujours facile quand on possède un produit tellement bien installé que ses revenus semblent éternels."Cela me rappelle tous ces vieux chanteurs qui vont à Las Vegas (...) quand ce qu'ils devraient vraiment faire, c'est arrêter. Tout le monde veut un rappel et continuer à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant