Rythmes scolaires : Valls promet que l'aide aux communes «sera pérennisée»

le
0
Rythmes scolaires : Valls promet que l'aide aux communes «sera pérennisée»
Rythmes scolaires : Valls promet que l'aide aux communes «sera pérennisée»

«Il faisait frais, ce jeudi, porte-de-Versailles. Certes, Manuel Valls n'a pas essuyé les mêmes sifflets et huées que son prédécesseur, Jean-Marc Ayrault, il y a un an. Mais les applaudissements qui ont suivi son discours de clôture du Congrès des maires de France étaient bien timides. Il faut dire que le Premier ministre en a profité pour confirmer l'«effort sans précédent» demandé aux collectivités territoriales. Il a toutefois tenter d'apaiser les inquiétudes des élus locaux avec quelques annonces et proposé aux maires «une négociation» début 2015 sur les dossiers financiers locaux. Revue de détails.

L'aide de l'Etat pour les rythmes scolaires, soit 400 millions d'euros pour la rentrée 2015, «sera pérennisée» Le Premier ministre a décidé de prendre en compte les crispations provoquées par la contestée réforme des rythmes aux scolaires. «J'ai entendu votre besoin d'être accompagnés par l'Etat dans la durée pour consolider cette grande réforme», a-t-il dit aux maires. Joignant le geste à la parole, le chef du gouvernement a annoncé ce jeudi que l'aide de l'Etat accompagnant les communes serait «pérennisée au-delà de l'année 2015-2016».

Baisse des dotations Manuel Valls l'a confirmé, ce vendredi, il va falloir se serrer la ceinture. En clair, il y aura bien une baisse de 11 milliards d'¤ des dotations aux collectivités territoriales sur la période 2015-1017 pour coller à l'objectif de réaliser 50 milliards d'euros d'économies «en trois ans». Peu avant, le tout nouveau président de l'Association des maires de France, François Baroin, avait pourtant estimé que baisser les dotations de 11 milliards d'¤ est «une marche trop haute, inatteignable». Cela «nous conduira à remettre en cause des services essentiels pour la population» et «va produire un effet de souffle dont n'avons pas fini de mesurer toutes les conséquences», avait-il jugé. Manuel Valls a donc essayé de réchauffer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant