Rythmes scolaires : une grève nationale le 14 novembre

le
0
Rythmes scolaires : une grève nationale le 14 novembre
Rythmes scolaires : une grève nationale le 14 novembre

Des syndicats appellent les enseignants et autres personnels travaillant dans les écoles à une grève nationale le jeudi 14 novembre pour protester contre la réforme des rythmes scolaires et sa semaine de quatre jours et demi. Ils réclament qu'elle ne soit pas généralisée à tous les établissements à la rentrée 2014.

Les syndicats CGT, FO, Sud et Faen (Fédération autonome de l'Education nationale), réclament «le retrait du décret» instaurant la semaine de 4,5 jours dans le primaire et de «nouvelles discussions pour une vraie réforme», a expliqué Patrick Désiré, secrétaire général de la CGT Educ'action. «Il ne faut pas qu'il y ait de généralisation de la réforme à la rentrée 2014 parce que là où elle est appliquée, la réforme montre que ça ne se passe pas bien pour les élèves et les personnels», a-t-il ajouté. A la rentrée 2013, la réforme s'est appliquée à environ 22% des écoliers du public.

Le SNUipp- FSU : «Peillon doit ouvrir des discussions»

Par ailleurs, le SNUipp- FSU national, principal syndicat du primaire, appelle à plusieurs actions locales (grèves, rassemblements...) à partir de lundi, avec comme point culminant de la mobilisation, un rassemblement national le 20 novembre de délégations départementales devant le ministère de l'Education nationale.

«Vincent Peillon doit ouvrir des discussions pour assouplir le décret dès maintenant et l'adapter à la maternelle et aux réalités locales», estime Sébastien Sihr, le secrétaire général de SNUipp- FSU. Le ministre «ne peut pas faire le dos rond et attendre que ça se passe. Faire un geste en ouvrant des discussions, ce n'est pas reculer mais avancer pour améliorer la réforme», comme de pouvoir libérer un mercredi sur trois pour le travail de concertation ou une après-midi entière pour des activités périscolaires, poursuit-il.

Des collectifs de parents, opposés à la réforme des rythmes scolaires, appellent sur Facebook ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant