Rythmes scolaires : «Trop de pression sur les enfants» expliquerait leur fatigue selon Peillon

le
2
Rythmes scolaires : «Trop de pression sur les enfants» expliquerait leur fatigue selon Peillon
Rythmes scolaires : «Trop de pression sur les enfants» expliquerait leur fatigue selon Peillon

Le ministre de l'Education Vincent Peillon a estimé ce vendredi à Toulouse (Haute-Garonne), face aux critiques sur les nouveaux rythmes scolaires, que si des élèves étaient fatigués, ce n'était pas la faute de la réforme mais le fait d'un excès de pression sur les enfants.

«Si les enfants sont fatigués, ce n'est sans doute pas dû à la réforme des rythmes scolaires, c'est qu'elle a été mal comprise ou qu'il y a trop de pression sur les enfants», a-t-il répondu aux journalistes qui lui rapportaient des propos de parents assurant que leurs enfants étaient plus fatigués depuis l'entrée en vigueur de la réforme. «Je dis à tous les parents et aux collectivités territoriales : ne tombez pas dans la frénésie des activités périscolaires. (...) Nos enfants ont un temps qui est trop saccadé, trop brutal, trop intense. Je suis en train de desserrer cela dans l'intérêt des enfants», a-t-il ajouté.

«Ici ou là, il peut y avoir des difficultés»

Le ministre a présenté les changements de rythmes scolaires comme «une très grande réforme dans l'intérêt des élèves» et de leur réussite. «Il faudrait éviter d'en faire un débat politique et polémique parce qu'il y a encore deux ou trois ans, tout le monde disait on ne peut pas être le seul pays avec des journées (d'école) aussi surchargées et aussi peu de jours (de classe) par an», a-t-il dit, alors que le président de l'UMP, Jean-François Copé, a indiqué avoir demandé au ministre le report de la réforme. «Certains colportent des contre-vérités pour faire peur aux parents», a dit le ministre.

Vincent Peillon a cependant admis qu'«ici ou là, il peut y avoir des difficultés», tout en insistant sur l'idée qu'il faut «montrer aussi les exemples réussis».

La réforme entrée en vigueur fixe le retour à la semaine de 4,5 jours dans le primaire, libérant trois heures hebdomadaires pour des activités péri-éducatives. Elle concerne pour l'année scolaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 27 sept 2013 à 16:54

    Peillon n'a pas tord, ce sont les autres. Les socialos c'est comme ça, jamais de leur faute.

  • M8342085 le vendredi 27 sept 2013 à 16:52

    les pauvres !!!!!!!deja fatigués