Rythmes scolaires : les maires récalcitrants seront «condamnés», prévient Hamon

le
1
Rythmes scolaires : les maires récalcitrants seront «condamnés», prévient Hamon
Rythmes scolaires : les maires récalcitrants seront «condamnés», prévient Hamon

Benoît Hamon siffle la fin de la récrée. Après avoir longuement débattu sur la réforme des rythmes scolaires, le ministre de l'Education a fait savoir ce jeudi que les maires qui ne l'appliqueraient pas à la prochaine rentrée «seraient condamnés». Selon lui, ces cas de maires refusant d'ouvrir les écoles le mercredi matin sont «très minoritaires». Et de citer les exemples de Levallois-Perret et Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Mais «c'est illégal et les préfets exerceront le contrôle de la légalité», prévient le ministre.

«L'école a trop souvent changé en fonction de l'intérêt des adultes et non de celui des enfants», insiste-t-il dans une lettre aux parents qui sera affichée dans les écoles à partir de lundi. «La nouvelle organisation de la semaine scolaire doit contribuer à donner aux enfants confiance en eux et en leur capacité à bien apprendre. En effet, cinq matinées au lieu de quatre, c'est, chaque semaine, un temps supplémentaire pour travailler dans de bonnes conditions, le matin étant le moment de la journée où l'attention des enfants est la plus soutenue», argumente Benoît Hamon.

A Marseille, recadrage du recteur

Pour soutenir la réforme, le ministère avait publié un sondage, commandé à l'institut CSA, affirmant que pour une majorité de Français, la mise en place des nouveaux rythmes est perçue comme un levier de réduction des inégalités sociales (59%) et de réussite scolaire (52%). Toutefois, quatre requêtes contre la réforme ont été déposées au Conseil d'État.

VIDEO. Benoît Hamon menace les maires récalcitrants

A Marseille, le recteur de l'académie affirme fermement que la réforme s'appliquera, malgré l'opposition du maire de la ville Jean-Claude Gaudin. «Les projets d'organisation du temps scolaire que nous avons reçus (de la mairie de Marseille, NDLR) ne sont pas du tout conformes aux deux décrets. Nous assumerons la responsabilité qui est la nôtre et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le jeudi 12 juin 2014 à 19:17

    Surtout s'ils sont FN et de droite.