Rythmes scolaires : les drôles d'initiatives des maires récalcitrants

le
3
Rythmes scolaires : les drôles d'initiatives des maires récalcitrants
Rythmes scolaires : les drôles d'initiatives des maires récalcitrants

«La loi s'appliquera partout et il n'y aura pas d'exception. Il relèvera des élus locaux que les choses se passent bien», a mis en garde la nouvelle ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Reste que la réforme des rythmes des scolaires agite cette rentrée 2014 et vire parfois au casse-tête pour les élus locaux. De nombreux maires protestent à coups de lettres au ministre, pétitions et manifestations. D'autres, qu'ils soient bons ou mauvais élèves, redoublent d'imagination pour appliquer ou contester la réforme. Revue des initiatives les plus insolites.

QUESTION DU JOUR. Rythmes scolaires : faut-il sanctionner les maires récalcitrants ?

Une école sans... poignées de porte. Vent debout contre cette «réforme insensée» et bien décidée à ne pas ouvrir son école le mercredi, Evelyne Flacher, maire SE de Saint-Médard-en-Forez (Loire), opte pour une solution radicale : «Chaque mardi soir, nous retirerons toutes les poignées des portes de l'école primaire, et nous ne les remettrons que le jeudi matin. Le mercredi, ce sera fermé.» Et elle compte bien ne rien lâcher, comme elle l'explique à BFM TV : «Si mercredi prochain, les institutrices se présentent tout de même à l'école, j'en conclurai qu'elles ne respectent pas ma décision, et j'assignerai l'Etat devant le tribunal administratif. A la justice de trancher.»

Les cadenas de Dupont-Aignan. Il s'était déjà fait remarquer en passant la frontière italo-française avec une kalachnikov en pleine campagne pour les européennes. Cette fois, le député-maire de Yerres (Essonne) s'est armé de chaînes et de cadenas. Farouche opposant de la réforme des rythmes scolaires, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, a trouvé un nouveau moyen de faire entendre ses positions.  Il annonce qu'il cadenassera les grilles des écoles de sa commune mercredi. Et assure : «Nous serons des centaines de communes à cadenasser nos écoles pour conserver ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M156470 le mardi 2 sept 2014 à 08:41

    Et qui va payer ? Cà n'est pas PEILLON, lui il a filé à l'anglaise et a trouvé un nouveau job à sa juste mesure.

  • LeRaleur le lundi 1 sept 2014 à 19:28

    Plus il y aura de maires récalcitrants, moins la Najat pourra les poursuivre.

  • M7313387 le lundi 1 sept 2014 à 19:21

    j'espère qu'ils vont tenir bon!