Rythmes scolaires : la réforme qui ne passe pas !

le
1
Des Marseillais manifestent contre la réforme des rythmes scolaires, le 20 septembre 2014.
Des Marseillais manifestent contre la réforme des rythmes scolaires, le 20 septembre 2014.

Le rejet est sans appel ! Selon une enquête du syndicat majoritaire des enseignants du primaire (SNUipp), affilié à la FSU, 74 % des enseignants estiment que l'organisation des rythmes scolaires du décret Hamon a un impact négatif sur les élèves. Et ils ne sont que 4 % à juger que cette réforme a un impact positif. "La critique principale ne porte pas sur la neuvième demi-journée supplémentaire, mais sur ce qui se passe dans le temps périscolaire", précise Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp, premier syndicat de l'école maternelle et élémentaire.

Les professeurs des écoles dénoncent en vrac les inégalités de traitement des enfants entre les communes, les locaux parfois inadaptés, les activités qui se transforment bien souvent en garderie occasionnellement payante... Des reproches qui concernent essentiellement les collectivités locales, chargées du bon fonctionnement de ces activités périscolaires ? "Pas du tout, rétorque Sébastien Sihr. L'accumulation de ces difficultés conduit à une certaine fatigue ou à une baisse d'attention de certains élèves sur le temps scolaire. C'est exactement l'inverse du résultat que l'on escomptait de cette réforme !"

Et de poursuivre : "Nous avons fait une photographie de l'opinion de 16 764 enseignants, de ceux qui ont véritablement les mains dans le cambouis. On veut sortir de l'angélisme, ou de la diabolisation. Nous souhaitons maintenant que le ministère de l'Éducation nationale...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le mardi 10 fév 2015 à 13:05

    Les enseignants on s'en tape le co.qui.llard ! L'important ce sont les enfants, qu'à Dieu ne plaise ! Et là c'est une catastrophe ! Cette réforme était une aberration à l'origine et elle l'est toujours. A titre d'exemple que constate-ton ? Et je suis bien placé pour le savoir ! Dans de nombreuses communes les vendredi n'est plus travaillé ! Au bénéfice de qui ?