Rythmes scolaires : la prime de la discorde

le
0
Le rectorat d'Indre-et-Loire avait prévu 94,12 euros pour les directeurs d'école. Le ministère a refusé.

Les 173 directeurs d'écoles du département d'Indre-et-Loire appliquant depuis septembre la réforme des rythmes scolaires ont bien failli toucher une indemnité de 94,12 euros. Ils en avaient même été informés par courrier. Mais le ministère de l'Éducation, soucieux de ne pas allumer un nouvel incendie sur ce dossier brûlant, a mis un frein à cette «initiative locale».

En dégageant cette somme, tirée de son enveloppe «indemnité péri-éduca­tive» (IPE) - qui rémunère les activités des enseignants hors temps scolaire -, le directeur académique du département souhaitait récompenser l'investissement de ces personnels dans la mise en œuvre du décret Peillon. Dans l'Indre-et-Loire, la moitié des élèves sont passés aux quatre jours et demi.

«L'attribution de cette indemnité relève effectivement des prérogatives du directeur académique, mais dans le c...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant