Rythmes scolaires : «la catastrophe annoncée a bien eu lieu»

le
2
Évoquant une «rentrée catastrophique», le Snuipp Paris décrit des élèves «fatigués, désorientés et inquiets». La mairie de Paris dénonce de son côté la «malhonnêteté intellectuelle» du principal syndicat d'enseignants du primaire.

La réforme des rythmes scolaires, acte II... Après une écriture dans la douleur du décret Peillon, la mise en place serait tout aussi difficile. C'est en tout cas ce que déplore le Snuipp Paris, trois semaines après la rentrée. Le principal syndicat d'enseignants du primaire, qui tirait la sonnette d'alarme la semaine dernière, rencontre aujourd'hui le recteur de Paris, François Weil. Au menu: des revendications concernant les locaux et la sécurité.

«La catastrophe annoncée a malheureusement lieu», estime Jérôme Lambert, secrétaire départemental du Snuipp 75, sur la base des premières remontées d'une enquête menée auprès des quelque 660 écoles de Paris (une centaine de réponses à ce jour). En ligne de mire: «l'alternance de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • neutro le lundi 7 oct 2013 à 14:30

    Un maire de gauche qui accuse des syndicats de gauche (extrême gauche?) de malhonnêteté intellectuelle, c´est nouveau ça...!

  • bearnhar le mercredi 2 oct 2013 à 14:25

    Les momes ont beaucoup trop de vacances, c'était cela qu'il fallait revoir, ne pas allonger la semaine mais réduire les congés.Faudra m'expliquer en quoi les momes ont besoin de 4 molis de congés, c'est du n'importe quoi.