Rythmes scolaires : Hamon veut alléger la semaine et raccourcir les grandes vacances

le
1
Rythmes scolaires : Hamon veut alléger la semaine et raccourcir les grandes vacances
Rythmes scolaires : Hamon veut alléger la semaine et raccourcir les grandes vacances

La réforme des rythmes scolaires gagne en souplesse. Benoit Hamon a dévoilé vendredi matin les nouveaux aménagements introduits dans le décret encadrant le retour à la semaine de quatre jours et demi, avec des cours le mercredi matin, scellant l'abandon de la semaine de quatre jours.

Le nouveau ministre de l'Education a annoncé la possibilité pour les communes «d'alléger la semaine» à 23 heures de cours, au lieu des 24 heures prévues actuellement. Elles devront alors «rattraper les 36 heures dégagées sous la forme d'un allongement du temps de travail». Evidemment, «au détriment des vacances scolaires», a-t-il pris soin de préciser au micro de RTL. «Il ne s'agit pas d'une généralisation», précise Benoît Hamon. Le projet des communes qui souhaitent appliquer ce nouveau dispositif «devra être validé avec le rectorat».

De plus, plutôt que d'étaler les activités périscolaires sur des tranches de 45 minutes pendant quatre jours par semaine, les écoles pourront les «concentrer sur une seule après-midi» de trois heures, qu'elles pourront placer dans leur planning selon leur choix.

VIDEO. Rythmes scolaires : Hamon propose de concentrer le périscolaire

Le futur décret distinguera également «les spécificités des maternelles» a indiqué le ministre sans apporter de précision. De manière générale, «le cadre réglementaire devra s'adapter aux expérimentations sur le terrain», a-t-il ajouté, dans un message adressé aux élus, alors que plusieurs maires UMP ont menacé de boycotter le texte.

Ces nouvelles dispositions n'entraîneront pas un report de l'application de la réforme, prévue pour toutes les communes à partir de la rentrée 2014 car «si on imaginait qu'on pouvait de nouveau étaler, ce serait le désordre et moi je ne souhaite pas qu'il y ait trop de désordre».  Initialement, la réforme devait être mise en oeuvre partout à la rentrée 2013. Mais en novembre 2012, face à l'inquiétude des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 25 avr 2014 à 18:37

    A chacun son empreinte...ou plutôt sa rustine ?!!!...