Rythmes scolaires : écoles fermées dans 23 communes

le
6
Rythmes scolaires : écoles fermées dans 23 communes
Rythmes scolaires : écoles fermées dans 23 communes

Vingt-trois communes ont refusé d'ouvrir leurs écoles pour ce premier mercredi de classe, entraînant une riposte judiciaire immédiate de l'Etat. Dans la matinée, le ministère de l'Education nationale, qui avait tablé sur ce bilan, faisait état d'une quinzaine de communes récalcitrantes à la réforme des rythmes scolaires sur les 24 000 concernées. Pour les maires de ces dernières, ce sera la tolérance zéro, a prévenu Najat-Vallaud-Belkacem. 

«Empêcher les enfants d'accéder à l'école et empêcher les enseignants d'effectuer leur mission, ça me paraît non seulement antirépublicain mais intolérable» a martelé la ministre en cette journée test pour cette réforme contestée. Et de prévenir : «nous allons en référer au tribunal administratif, qui fera une injonction au maire, sinon les préfets pourront se substituer aux maires.»

A LIRE. Que risquent les maires réfractaires ?

Cette réforme contestée rétablit la cinquième matinée de classe supprimée par la droite en 2008, généralement le mercredi matin, parfois le samedi. Elle vise à mieux distribuer les 24 heures de classe hebdomadaires et introduit des activités périscolaires facultatives, à la charge des communes.

>> Retrouvez les événements de ce mercredi :

17h00. Ecoles fermées dans 23 communes.  Selon le ministère, 23 maires ont bloqué l'accès à leurs écoles (21 totalement et 2 partiellement), un chiffre conforme aux prévisions de la veille.

14h55. Ecoles fermées dans douze communes de l'Essonne.  La préfecture de l'Essonne a annoncé que «dans 12 communes essonniennes les écoles étaient fermées» ce mercredi matin. Parmi elles, on retrouve notamment Yerres, Montgeron, Savigny-sur-Orge et Saint-Hilaire. A la suite de la manifestation de ce matin qui a rassemblé environ 150 personnes, une délégation d'élus a été reçue à la préfecture et à la direction des services de l'Éducation nationale à Evry. «Il leur a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9388280 le mercredi 3 sept 2014 à 16:37

    et qui pense aux enfants ? qui dit que 4,5 jours pour les apprentissages c'est nécessaire et que 4 ne conviennent pas ? qui est allé voir ce que disent les spécialistes de l'enfant ? qui s'occupe de ces enfants à qui on a saboté leur jour de rentrée ? qui sait ce que représente le jour de rentrée pour un petit qui arrive en maternelle, qui arrive au CP, et les autres de CE ou ce CM ? qui s'est soucié de leur choc aujourd'hui alors que leur 1° jour est à soigner et à réussir ?

  • brenot le mercredi 3 sept 2014 à 15:56

    Quand la gauche bloquait les écoles avec le soutien des profs sous Sarkozy, c'était aussi anti républicain?

  • tropfort le mercredi 3 sept 2014 à 15:40

    Ne pas prévoir le financement d'un projet et l'imposer à tous les Français dans le le seul but de se faire mousser auprès de ses petits enfants (coucou Peillon...)... c'est Républicain ? Plus personne n'écoute vos leçons de morales !

  • pichou59 le mercredi 3 sept 2014 à 15:40

    elle devrait aller voir ce qui se passe dans quelques villages!!! à Paris c'est tellement mieux...

  • fdi1 le mercredi 3 sept 2014 à 13:32

    Lobbying,lobbying , quand tu nous tient........Encore un exemple de "sous couvert de l'intéret général, on défend juste des intérets particuliers"..........

  • M2941863 le mercredi 3 sept 2014 à 12:30

    Au titre de quoi les communes devraient avoir des frais supplémentaires! Il était très facile de remettre le samedi matin, sachant que les parents ne travaillent pas.