Rythmes scolaires : Copé appelle les maires à refuser la réforme

le
1
Rythmes scolaires : Copé appelle les maires à refuser la réforme
Rythmes scolaires : Copé appelle les maires à refuser la réforme

Après Christian Estrosi en novembre dernier, c'est au tour de deux autres ténors de l'UMP, Jean-François Copé et Hubert Falco, d'annoncer le boycott de la réforme des villes scolaires à la rentrée dans leurs villes respectives, Meaux (Seine-et-Marne) et Toulon (Var). «Je ne l'appliquerai pas à Meaux car en tant que maire je n'y trouve rien de positif», a déclaré le président de l'UMP, vendredi, sur BFMTV.

Jean-François Copé appelle plus largement à la désobéissance, en demandant «aux maires de l'UMP ou des autres partis d'avoir le courage de refuser la réforme des rythmes scolaires qui n'a aucun contenu pédagogique». Critiquée dès sa mise en place, la «réforme Peillon» essuie de plus belle les attaques de l'opposition depuis le départ du ministre qui l'a portée et la nomination de Manuel Valls à Matignon.

Mais avec les municipales, l'angle d'attaque s'est déplacé sur le terrain financier. «On ne peut pas dire aux communes de se serrer la ceinture en baissant leur dotation et leur dire "mais par contre vous payez les rythmes scolaires"», affirme aujourd'hui Jean-François Copé.

VIDEO. Rythmes scolaires: «au moins, laissez le libre choix aux maires», demande Copé

«Je ne me mets pas hors la loi, c'est un décret»

«Trop, c'est trop», tonne de son côté le sénateur-maire UMP de Toulon (Var), Hubert Falco. L'Etat vient de lui réduire ses dotations de fonctionnement de 2,5 millions d'euros. Sa décision est donc prise, fait-il savoir à des journalistes dans une vidéo diffusée vendredi sur BFMTV : «Je n'appliquerai pas en septembre la réforme sur les rythmes scolaires».

Avant de préciser : «Je ne me mets pas hors la loi, c'est un décret». Un argument que l'on retrouve dans un texte publié en ligne par l'UMP : «Appliquer la loi est une obligation républicaine, bien sûr, mais là il ne s'agit pas d'une loi mais d'un décret du 24 janvier 2013 !».

L'argumentaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 11 avr 2014 à 18:27

    .../...un tant soit peu lucide...:-)))