Rythmes scolaires changés dans moins de 50% des communes en 2013

le
0
MOINS DE 50% DES COMMUNES METTRONT EN OEUVRE LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES EN 2013
MOINS DE 50% DES COMMUNES METTRONT EN OEUVRE LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES EN 2013

PARIS (Reuters) - La réforme contestée des rythmes scolaires sera mise en oeuvre dès septembre 2013 dans moins de 50% des communes, a-t-on appris mercredi auprès de l'Association des maires de France.

Les communes ont jusqu'à dimanche pour décider d'appliquer en septembre 2013 ou à la rentrée 2014 cette réforme qui prévoit le retour à la semaine de quatre jours et demi.

"Moins de 50% de villes ont opté pour une entrée en vigueur en 2013 mais nous aurons plus de détails la semaine prochaine", a dit à Reuters Pierre-Alain Roiron, vice-président de l'AMF en charge de l'Education et maire PS de Langeais (Indre-et-Loire).

"Je pense que les maires qui ont décidé de la reporter à l'année prochaine ont eu le sentiment que les choses allaient trop vite", a-t-il estimé en citant le contexte financier.

"Il y a probablement eu aussi une petite hésitation concernant les élections municipales de 2014 avec des maires qui souhaitaient mettre en oeuvre la réforme en 2013 pour ne pas que cela perturbe leur campagne en 2014 ou ceux qui, ne se représentant pas, préfèrent la reporter à 2014", a-t-il ajouté.

Selon l'AMF, la réforme coûtera en moyenne 100 euros par élève scolarisé, soit environ 600 millions d'euros.

Une étude de l'Association des maires ruraux de France réalisée la semaine dernière fait pour sa part état de seulement 11 % des communes (sur un échantillon de 720 communes de moins de 3.500 habitants de 14 départements différents) ayant opté pour la mise en oeuvre dès la rentrée 2013.

La maire socialiste de Reims Adeline Hazan a annoncé mercredi que sa ville mettrait en oeuvre la réforme en 2014, rejoignant les villes de Lille, Montpellier, Strasbourg, Lyon, Bordeaux et Marseille.

Paris, Nantes, Rennes, Angers, Grenoble, Dijon, Brest, Clermont-Ferrand, Limoges et Tours appliqueront pour leur part les nouveaux rythmes scolaires dès septembre prochain.

Le ministre de l'Education Vincent Peillon espère qu'au moins un élève sur deux passera aux quatre jours et demi dès cette année.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant