Rythmes scolaires: 7 Français sur 10 pour l'annulation ou le report

le
1
Rythmes scolaires: 7 Français sur 10 pour l'annulation ou le report
Rythmes scolaires: 7 Français sur 10 pour l'annulation ou le report

Près de sept Français sur dix (69%) se disent favorables à une annulation de la réforme des rythmes scolaires ou à son report, selon un sondage de l'institut BVA Opinion pour l'émission «CQFD» sur i-TELE, publié samedi.

Près de la moitié des sondés (48%) souhaitent l'annulation de la réforme, qui a fait l'objet de grèves, manifestations et blocages d'écoles cette semaine, à l'initiative d'enseignants, personnels municipaux ou parents. La proportion monte à 55% dans les communes rurales et descend à 42% dans les villes de plus de 100.000 habitants.

Si un peu plus d'une personne interrogée sur cinq (21%) se prononce pour un report de la réforme, qui doit être généralisée à la rentrée 2014, il reste presque un tiers des Français (29%) qui souhaitent que la réforme soit appliquée comme prévu. Seuls 2% se disent sans opinion.

C'est chez les sympathisants de droite que les sondés se prononcent le plus pour une annulation (72%). L'UMP, qui a instauré la semaine décriée de quatre jours en 2008, a fait de la réforme des rythmes son cheval de bataille à l'approche des municipales. Chez les sympathisants de gauche, les avis sont plus partagés: une majorité (52%) souhaite que la réforme soit appliquée comme prévu, un cinquième (21%) qu'elle soit annulée, un quart (25%) qu'elle soit reportée, tandis que 2% sont sans opinion.

De gros doutes dans l'opinion sur l'intérêt de l'enfant

Si le gouvernement met en avant «l'intérêt de l'enfant», le sondage relève un «gros doute dans l'opinion à ce sujet puisque 61% des Français considèrent que la réforme des rythmes scolaires a un impact plutôt négatif sur le bien-être des élèves», indique Céline Bracq, directrice adjointe de BVA Opinion. La proportion s'élève à 69% dans la tranche d'âge des 35-49 ans, «en majorité parents d'enfants scolarisés en maternelle et primaire». Pour 35% des sondés l'impact est plutôt positif .

Une majorité de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M156470 le samedi 16 nov 2013 à 10:21

    FITTOTO -- Encore une décision hâtive prise sans concertation ni étude approfondie, ce Ministre est comme ses collègues, indignes de figurer dans un Gvt. L'an prochain, si le Décret est appliqué, nous paierons dans nos impôts locaux cette très mauvaise décision que l'on veut nous faire avaler de gré ou de force....