Ryanair prépare son départ de Marseille

le
0
La compagnie low cost mise en examen pour travail illicite menace de quitter sa base française à Marseille. Ryanair qui emploie 120 personnes a transporté l'an dernier 1,4 million de personnes depuis la citée phocéenne.

Dans quelques semaines, l'aéroport de Marseille va élargir son éventail de destinations. Ryanair devrait en effet desservir Dusseldorf, Palerme, Séville, Rome, Venise, Ténérife et Malte depuis la cité phocéenne. Mais depuis mardi, le projet a du plomb dans l'aile. Ryanair a été mise en examen pour «travail dissimulé, prêt illicite de main d'oeuvre, emploi illicite de personnel navigant, entrave au fonctionnement du comité d'entreprise, aux fonctions de délégué du personnel et à l'exercice du droit syndical ».

Une information judiciaire avait été ouverte en avril dernier par le Parquet d'Aix en Provence à la suite d'une plainte du syndicat national des pilotes de ligne des (SNPL) et de l'Union des navigants de l'aviation civile (Unac). Il est reproché à la compagnie low cost d'employer 120 personnes sur sa base de Marseille sous un statut irlandais. Un montage que revendique Ryanair en mettant en avant les salaires irlandais plus élevés qu'en France et le fait que les employés paient impôts et cotisatons sociales en Irlande.

Or en mai dernier, le PDG de Ryanair a lancé un ultimatum: «si le parquet nous poursuit, nous fermerons la base et tant pis pour les employés et passagers». Michael O'Leary, bien connu pour ses provocations, a même fixé au mois de novembre cette fermeture.

 

Ryanair a fait voyager 1,4 million de personnes depuis Marseille

 

A l'aéroport de Marseille, on ne veut pas croire que la menace sera mise à exécution. «Marseille constitue la seule base de Ryanair en France et les 120 collaborateurs de la compagnie sont des pilotes et des membres d'équipage qui ne constituent pas du personnel sédentaire» souligne Jacques Pfister président de la CCI Marseille Provence, gestionnaire de l'aéroport qui ajoute «en Europe, partout où Ryanair est implanté, c'est le droit irlandais qui s'applique dans une logique économique de mobilité On ne sait pas si cette mise en examen se traduira par un non lieu, une amende ou une condamnation, souligne Jacques Pfister, En fonction de cela, Ryanair prendra la décision de s'en aller ou pas mais il conservera des lignes sur Marseille». Au cours de l'année, la compagnie low cost a fait partir 1,4 million de pasagers depuis cet aéroport sur les 7,3 qui y transitent. «Ryanair qui dessert 30 destinations depuis Marseille est notre deuxième client après Air France», souligne-t-on à l'aéroport de Marseille.

 

easyJet a fini par se conformer à la loi

 

Ryanair a minutieusement détaillé les conséquences de son départ: ses quatre appareils seront enregistrés dans un autre aéroport européen hors de France, 120 postes seront supprimés à Marseille et les équipages seront transférés dans un autre pays. Le nombre de vols quotidiens depuis Marseille reviendra de 33 à 16.

Ryanair n'est pas la seule compagnie à avoir organisé une gestion centralisée du personnel depuis un pays où le montant des cotisations sociales est plus avantageux. «Easyjet faisait la même chose et a fini par se conformer à la loi française, remarque Franck Mikula le président de l'Unac. Elle a été condamnée le 8 juin dernier à verser des arriérés de paiement de cotisations de retraites, de securité sociale… et des dommages et intérêts aux organisations syndicales». L'écart entre les cotisations sociales en France et en Irlande est tel qu'il constitue un enjeu financier important. En France les cotisations de retraites atteignent 25 % de la rémunération contre 5 % en Irlande.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant