Ryan, le chef des députés républicains, «pas encore prêt» à soutenir Trump

le , mis à jour à 01:08
0
Ryan, le chef des députés républicains, «pas encore prêt» à soutenir Trump
Ryan, le chef des députés républicains, «pas encore prêt» à soutenir Trump

C'est un soutien républicain de poids qui fait encore défaut à Donald Trump. Si le milliardaire américain est quasiment assuré d'obtenir sa désignation comme candidat républicain à la présidence des Etats-Unis après sa victoire aux primaire de l'Indiana et l'abandon de ses derniers rivaux, Ted Cruz et John Kasich, il est encore loin de faire l'unanimité au parti Républicain.

C'est le chef de file de la majorité républicaine à la chambre des représentants en personne, Paul Ryan, qui lui a refusé son soutien ce jeudi, dans une déclaration qui fait l'effet d'une bombe. «Je ne suis pas encore prêt à le faire», a ainsi déclaré M. Ryan, à CNN, soulignant toutefois qu'il espérait pouvoir le faire à l'avenir si le milliardaire, qui divise profondément le parti en raison de son style et de ses idées, se montrait capable de refaire l'unité autour de sa candidature.

«Je pense qu'il (Donald Trump) doit faire plus pour unifier le parti et ensuite séduire tous les Américains, quelle que soit leur origine, et une majorité d'indépendants», a dit M. Ryan. Donald Trump est très impopulaire parmi les femmes, les Hispaniques et les Noirs. Autant de votes qui lui seront indispensables s'il veut gagner en novembre.

VIDEO. « Les chances de Donald Trump sont quasi nulles » selon Vincent Michelot

L'élu républicain de plus haut rang

Paul Ryan, considéré comme un représentant de l'aile ultra-libérale en économie du Parti Républicain, avait été en 2012 le candidat à la vice-présidence sur le ticket républicain, aux côtés de Mitt Romney, qui avait été battu par le président sortant Barack Obama.  C'est aujourd'hui l'élu républicain de plus haut rang.

Son nom avait circulé il y a quelques semaines pour constituer une alternative à Donald Trump acceptable par les Républicains. Mais Paul Ryan avait décliné, rappelant qu'il n'était pas candidat cette fois-ci. Et depuis, le milliardaire a accumulé suffisamment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant