Ryad, visé par WikiLeaks, met en garde contre la diffusion de "faux"

le , mis à jour à 07:35
0

(Actualisé avec porte-parole du ministère §3-4) RYAD, 21 juin (Reuters) - Les autorités saoudiennes ont mis en garde samedi contre la diffusion de "documents qui pourraient être des faux" en réponse à la publication la veille par le site WikiLeaks de quelque 60.000 câbles et mémos présentés comme des communications confidentielles de la diplomatie saoudienne. L'avertissement, diffusé par le ministère des Affaires étrangères sur son fil Twitter, ne conteste pas directement l'authenticité des documents mis en ligne par WikiLeaks, qu'il n'est pas possible de vérifier de source indépendante. Mais dans un communiqué diffusé dimanche, le porte-parole du ministère, Ossama Naqli, prévient que l'Arabie saoudite "ne permettra pas aux ennemis de l'Etat (...) de partager ou publier" les documents, dont "beaucoup ont été fabriqués de manière très grossière". Dans ce texte diffusé par l'agence de presse SNA, il ajoute qu'une enquête est en cours et que le ministère engagera des poursuites contre les personnes impliquées dans cette fuite. Wikileaks affirme que ces 60.000 documents divulgués comportent des communications d'ambassades, des échanges de courriers électroniques entre diplomates et des notes préparées par d'autres organismes de l'Etat saoudien. Ils contiennent des discussions sur la position de l'Arabie dans les questions régionales ou sur les moyens d'influencer les médias. WikiLeaks, dont l'initiative est ignorée par les médias saoudiens publics et privés, indique qu'il détient au total un demi-million de notes confidentielles et annonce qu'elles seront mises en ligne. Le site créé par Julian Assange ne précise pas comment il s'est procuré ces documents mais dans un communiqué de presse, il fait mention d'une déclaration saoudienne remontant au mois de mai relative à un piratage informatique dans le royaume qu'avait revendiqué par la suite un groupe du nom de Yemeni Cyber Army. (Angus McDowall; Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant