Ryad prête à coopérer pour soutenir les cours du pétrole

le
0
L'ARABIE SAOUDITE PRÊTE À COOPÉRER POUR SOUTENIR LES COURS DU PÉTROLE
L'ARABIE SAOUDITE PRÊTE À COOPÉRER POUR SOUTENIR LES COURS DU PÉTROLE

DUBAI (Reuters) - L'Arabie saoudite est disposée à coopérer avec les autres pays producteurs de pétrole pour soutenir les cours du brut mais n'est pas à l'origine d'une proposition de réduction de la production mondiale évoquée par la Russie, rapporte dimanche la chaîne Al Arabiya en citant une source officielle saoudienne anonyme.

Le ministre russe de l'Energie, Alexander Novak, a déclaré jeudi que l'Opep avait proposé une réduction de la production mondiale pouvant aller jusqu'à 5%, ce qui a soutenu les cours du brut pendant les deux derniers jours de la semaine. [nL8N15C4GP]

On ne sait pas si Novak faisait référence à une proposition avancée depuis des mois par l'Algérie et le Venezuela, deux pays membres de l'organisation, ou à une nouvelle offre qui aurait l'appui de Riyad. L'information d'Al Arabiya laisse penser que la proposition en question n'est pas neuve.

L'Arabie saoudite dit depuis longtemps qu'elle est disposée à agir pour stabiliser les prix mais ajoute que d'autres pays, en particulier en dehors de l'Opep, doivent aussi faire des efforts.

L'agence de presse russe RIA a rapporté dimanche que le ministre vénézuélien du Pétrole Eulogio Del Pino rencontrerait des responsables du ministère russe de l'Energie lundi et des principaux groupes pétroliers russes, dont Rosneft <ROSN.MM>, le lendemain.

De son côté, l'Iran compte augmenter ses capacités de production pétrolière de 160.000 barils par jour (bpj) à la suite de l'achèvement de projets d'expansion des gisements North Azadegan et Yadavaran, a déclaré un haut responsable pétrolier iranien, cité par l'agence Shana.

Les deux gisements sont opérationnels et prêts à être inaugurés officiellement après les législatives du 26 février, a précisé Abdolreza Haji-Hosseinnejad, qui dirige la Petroleum Engineering and Development Company (PEDEC).

Les chinois Sinopec et China National Petroleum Corp (CNPC) ont commencé le développement des deux gisements, tous deux situés dans le sud-ouest iranien, mais l'Iran a achevé les chantiers en raison des sanctions internationales, a expliqué le responsable.

(Hadeel al-Sayegh et Andrew Torchia, avec Katya Golubkova et Rania El Gamal,; Tangi Salaün et Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant