Ryad douche les espoirs d'un accord sur le pétrole à Alger

le
1
    ALGER, 27 septembre (Reuters) - Le  ministre saoudien de 
l'Energie, Khalid al Falih, a déclaré mardi que la réunion 
informelle des membres de l'Organisation des pays exportateurs 
de Pétrole (Opep) prévue en marge du Forum international de 
l'énergie qui se déroule à Alger cette semaine était 
consultative, confortant les doutes sur le fait qu'elle puisse 
déboucher sur des décisions. 
    Il s'est toutefois dit optimiste sur le marché pétrolier.  
    "Nous sommes optimistes sur les fondamentaux. Le marché 
évolue dans la bonne direction, plus lentement que nous ne 
l'espérions il y a quelques mois mais les fondamentaux vont dans 
la bonne direction", a dit Falih à des journalistes.  
    "De ce point de vue, nous sommes optimistes sur le marché et 
je pense que le rééquilibrage est là mais qu'il intervient plus 
lentement que nous ne l'espérions." 
    Les pays membres de l'Opep doivent avoir des discussions en 
marge du Forum international de l'énergie qui rassemble pays 
producteurs et consommateurs de pétrole à Alger jusqu'à 
mercredi. La Russie, qui n'est pas membre de l'organisation, 
s'associer à ces pourparlers.  
    "C'est une réunion consultative, comme l'ont dit plusieurs 
de mes homologues. Nous aurons des consultations avec tous les 
autres, nous écouterons leur point de vue, nous écouterons le 
secrétariat de l'Opep, et aussi le point de vue des 
consommateurs", a encore dit le ministre saoudien. 
    Son homologue russe, Alexander Novak, a dit de son côté 
qu'il était difficile de dire si les discussions à Alger 
déboucheraient sur un accord.  
    "C'est difficile à dire. Les consultations sont toujours en 
cours", a-t-il déclaré à Reuters.  
    Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh, a déjà 
déclaré lundi que la réunion était purement consultative et 
qu'il ne fallait pas en attendre trop.   
    Trois sources de l'Opep ont déclaré que l'Iran, dont la 
production avoisine actuellement 3,6 millions de barils par jour 
(bpj), exigeait de pouvoir la porter autour de 4,1 à 4,2 
millions de bpj, alors que des pays du Golfe souhaitaient la 
geler sous quatre millions. 
    "Il ne faut rien attendre tant que l'Iran ne change pas 
brusquement d'avis en acceptant un gel. Mais je ne pense que 
cela se produise", a dit une source de l'Opep proche des 
discussions. 
    Très sensible aux informations sur l'évolution des 
pourparlers entre pays producteurs, le prix du baril de brut 
était en baisse de près de 2% mardi vers 9h15 GMT, à 45,20 
dollars pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, 
WTI)  CLc1  et 46,50 dollars pour le Brent  LCOc1 .  
     
 
 (Alex Lawler et Rania El Gamal, Marc Joanny pour le service 
français, édité par Marc Angrand) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 il y a 2 mois

    Toujours les mêmes commentaires d'arrivistes, imbus de leur personne, qui seraient bien incapables de produire la moindre richesse. Ce sont leurs besoins en armes qui pilotent leur "stratégie" commerciale pour s'entretuer ou exécuter son moindre "prochain".