RWE victime au S1 de la crise du marché de l'électricité

le
0

(Actualisé avec des précisions, cours de Bourse) par Christoph Steitz FRANCFORT, 14 août (Reuters) - RWE RWEG.DE a annoncé jeudi une baisse de 40% de son bénéfice d'exploitation au premier semestre et risque ainsi d'enregistrer sa troisième année consécutive de baisse des profits, des prix de gros de l'électricité bas et une demande atone affectant la deuxième société allemande de services aux collectivités. Le bénéfice d'exploitation semestriel est de 2,27 milliards d'euros, à comparer au consensus Reuters qui le donnait à 2,29 milliards. L'excédent brut d'exploitation (EBE, Ebitda) s'inscrit à 3,43 milliards d'euros (consensus: 3,46 milliards) et le bénéfice net hors exceptionnels à 749 millions (consensus: 786 millions), ce dernier ayant diminué de près des deux tiers. RWE anticipe toujours un Ebitda annuel de 6,4 à 6,8 milliards d'euros, un bénéfice d'exploitation de 3,9 à 4,3 milliards et un bénéfice net hors exceptionnels de 1,2 à 1,4 milliard. Ces prévisions s'entendent hors contributions de l'activité prospection pétrolière et gazière et hors la filiale de production DEA vendue cette année à un groupe d'investisseurs emmené par le Russe Mikhaïl Fridman. Les groupes allemands de services aux collectivités sont confrontés à une crise structurelle provoquée par une baisse de la demande en Europe, une diminution des prix de gros et par la hausse du recours aux énergies renouvelables dont la production est irrégulières en parallèle à l'abandon du nucléaire. RWE a déclaré cette semaine qu'il envisageait de mettre à l'arrêt des centrales représentant une production de 1.000 mégawatts et qui ne peuvent couvrir leurs coûts parce qu'elles ne tournent pas assez longtemps pour être rentables. Il avait dit en mars que 20% à 30% de ses centrales ne pouvaient couvrir leurs charges d'exploitation et publié sa première perte nette annuelle en plus de 60 ans. "Cela n'augure rien de bon pour la sécurité des approvisionnements pour laquelle les éoliennes et les panneaux solaires ne peuvent pas faire grand chose", écrit le président du directoire Peter Terium. "Dans les pays européens hors Allemagne, dont certains ont des soucis semblables, des mesures ont déjà été prises", évoquant la France et la Grande-Bretagne où il est prévu de soutenir les entreprises qui mettent des sites de production en sommeil, soit une "mise sous cocon". RWE a dit en début de semaine envisager de mettre sous cocon 1.000 mégawatts de production électrique non rentables et qui ne fonctionne pas suffisamment longtemps pour l'être. Depuis le début 2013, près de 12.600 mégawatts de capacités de production ont été fermés. L'action perd 2,8% à 28,48 euros en matinée, la perte la plus forte de l'indice Dax .GDAXI qui cède 0,4% dans le même temps. (Wilfrid Exbrayat pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant