RWE pourrait annoncer de nouvelles économies le 14 novembre

le
0
RWE POURRAIT ANNONCER DE NOUVELLES ÉCONOMIES LE 14 NOVEMBRE
RWE POURRAIT ANNONCER DE NOUVELLES ÉCONOMIES LE 14 NOVEMBRE

FRANCFORT (Reuters) - Le groupe de services collectifs RWE a annoncé vendredi qu'il présenterait ses prévisions 2014 le 14 novembre, en même temps que ses résultats trimestriels, ce qui lui donnera, selon les analystes, l'occasion d'annoncer de nouvelles économies après la réduction du dividende.

Le numéro deux allemand du secteur a en effet dit jeudi après la clôture de la Bourse de Francfort qu'il verserait cette année deux fois moins de dividende que prévu en raison de perspectives mitigées en termes de bénéfices des activités de production d'électricité.

A la suite de cette annonce sur le dividende, l'action RWE accusait vers 13h30 GMT la plus forte baisse de l'indice Euro Stoxx 50, avec un recul de 4,28% à 24,60 euros. L'indice regroupant les "utilities" européennes cédait 0,38%.

Comme ses concurrents, RWE pâtit d'une demande atone pour l'électricité en Europe en raison d'une conjoncture économique peu porteuse. Par ailleurs, le groupe est contraint de revoir l'ensemble de sa stratégie après la décision du gouvernement allemand d'abandonner l'énergie nucléaire d'ici 2022.

Tout en confirmant ses objectifs de résultats pour cette année, il a précisé jeudi qu'il prévoyait de payer un euro de dividende par action ordinaire et préférentielle contre deux euros précédemment, ce projet devant être soumis au vote de l'assemblée générale prévue le 16 avril.

La part du bénéfice net distribué sous forme de dividendes devrait ainsi passer de 40% à 50% au cours des années à venir alors que RWE prévoyait initialement de la porter entre 50% et 60%.

Le groupe prévoit pour cette année un résultat brut d'exploitation de quelque neuf milliards d'euros, un bénéfice d'exploitation de 5,9 milliards et un résultat net de 2,4 milliards.

Selon les analystes de JP Morgan, l'évolution de la politique de dividende devrait se traduire par une économie de 1,1 milliard d'euros sur quatre ans, un montant jugé faible au regard de l'endettement, qui atteint 35 milliards.

C'est pour cette raison que les investisseurs attendent pour novembre l'annonce de nouvelles mesures de réduction des coûts.

Il y a plus d'un mois, dans la foulée d'E.ON, RWE avait dit qu'il allait réduire ses capacités de production d'électricité en réponse au boom des énergies renouvelables en Allemagne, soutenu par des aides publiques, qui remet en cause la rentabilité des centrales au gaz et au charbon.

Des sources du secteur ont déclaré cette semaine que RWE envisager de supprimer 3.000 postes ainsi qu'un gel des salaires sur trois ans dans le cadre d'un plan connu sous le nom de "Neo".

Matthias Inverardi, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant