Rwanda : procès d'un génocide à la cour d'assises de Paris

le
0
Pascal Simbikangwa est jugé pour complicité de crime de génocide par la cour d'assises de Paris.
Pascal Simbikangwa est jugé pour complicité de crime de génocide par la cour d'assises de Paris.

On dit que l'horreur n'a pas de nom. Mardi, pourtant, devant la cour d'assises, c'est un homme qui va être jugé. Dans toutes les bouches, une question : comment a-t-on pu en arriver là ? Pascal Simbikangwa, 54 ans, a été interpellé à Mayotte en 2008 sous une fausse identité, dans le cadre d'une enquête de la police aux frontières pour falsification de documents administratifs. Un mandat d'arrêt international pèse sur sa tête. On lui reproche des faits de génocide, complicité de génocide et crimes contre l'humanité commis au Rwanda entre janvier et juillet 1994. En 2009, la Cour de cassation confie la procédure au tribunal de grande instance de Paris. L'homme, invalide depuis un accident de voiture, est détenu à la maison d'arrêt de Fresnes. Le pôle "génocide et crimes contre l'humanité", nouvellement institué, se charge d'instruire l'affaire. Et rend une ordonnance de renvoi devant la cour d'assises de Paris en mars 2013 pour complicité de crime de génocide. C'est une première en France. Patrick Baudouin, un des avocats de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), applaudit : "Enfin, la France remplit ses obligations !" "Pascal Simbikangwa, lui aussi, attend son procès depuis longtemps", affirment ses avocats Alexandra Bourgeot et Fabrice Epstein. "Il est très angoissé, aussi bien physiquement que moralement. Les enjeux sont indéniables", ajoute sa défense. Ce qu'il risque ? La prison à perpétuité. Et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant